« Regardez, il vient de se cacher sous le sac plastique… Il y en a un autre sous le banc. Et là sur la pelouse, vous pouvez voir sa tête qui sort du trou… » Au 11 rue Dumas, à Epinay-sur-Seine (Seine-Saint-Denis), compter les rats qui prolifèrent au pied de l’immeuble est presque devenu un jeu.

« Ils ne fuient même plus »

« Autant en rire », notent avec fatalisme Mariam et Sabrina, qui habitent la tour. Mais plus la situation perdure et plus les habitants rient jaune. « Les rats ne fuient même plus lorsqu’on approche », constate Benson en pointant du doigt un rongeur qui mange tranquillement sur la pelouse. Les rats ont aussi criblé de galeries les parterres qui entourent la porte d’entrée et se faufilent parfois sous le capot des voitures. Dans les étages, la situation n’est guère rassurante : « Dans la salle de bain, on entend les rats se déplacer et couiner le long des canalisations », raconte Sabrina.

>> A lire aussi : Le livre qu’il vous faut si vous avez peur des rats

Il y a toujours eu des rats dans ce quartier, mais jamais dans les proportions atteintes ces derniers mois. La cause est toute trouvée. « A deux pas de là, la démolition d’une tour, commencée en juin dernier, a chamboulé l’habitat des rats », explique Hervé Chevreau, maire UDI d’Epinay-sur-Seine, contacté par 20 Minutes. Leurs galeries souterraines ont été cassées. Résultat : ils remontent à la surface. »

« Quelle image donne-t-on de la banlieue ? »

« Oui, mais après ?, demande Adja, dont les parents habitent le quartier. Nous avons adressé de nombreux courriers depuis plusieurs mois à France Habitat, le bailleur social qui gère l’immeuble, comme au maire, pour demander à ce qu’une campagne de dératisation d’envergure soit menée. Mais les courriers restent sans réponses ou les interlocuteurs se renvoient la balle. »

Pour médiatiser leur cause, les habitants du 11 rue Dumas ont lancé cette semaine un collectif sur Facebook qui regroupe aujourd’hui 160 personnes et diffuse une vidéo (voir plus haut) témoignant de la prolifération de rats devant l’entrée de l’immeuble. « Il faut bien comprendre dans quelles conditions nous vivons, raconte le collectif. Faut-il attendre qu’un de nos enfants se fasse mordre pour que les autorités réagissent ? Doit-on se faire escorter par des chiens pour entrer dans nos appartements ? » « Et quelle image donne-t-on d’Epinay-sur-Seine et de la banlieue ? », ajoute Linda qui n’ose pas faire part de cette mésaventure qui dure à ses collègues de travail, à Paris. « Par honte… Ils ne comprendraient pas ! »

« Ne plus laisser de nourriture au pied des immeubles »

La mairie d’Epinay-sur-Seine, comme France Habitation, le bailleur social, assurent prendre à bras-le-corps le dossier. Ils coordonneront désormais leur campagne de dératisation pour plus d’efficacité. « Nous allons aussi enlever le lierre qui monte le long des murs de l’immeuble, nous avons bouché les pas-de-porte pour empêcher les rongeurs de s’y faufiler, précise Catherine Lorcy, directeur territorial de France Habitation pour Paris et la Seine-Saint-Denis.

Surtout, l’entrée d’immeuble fera aussi l’objet de travaux de requalification imminents. « Ils permettront de créer un local couvert et fermé quand l’actuel est en extérieur et donne sur la rue », poursuit Catherine Lorcy. « Voilà aussi pourquoi les rats sortent, commente Hervé Chevreau. Il y a trop de nourriture entreposée au pied des immeubles. » La marie prépare d’ailleurs une campagne d’information pour sensibiliser les habitants à ne plus jeter leurs poubelles par la fenêtre.

Au 11 rue Dumas, les habitants restent sceptiques. « Nous avons jamais été mis au courant de la réunion tenue la semaine dernière, ni du plan d’action qui y a été décidé, raconte Mariam. On attend de voir donc. » Et les regards se tournent déjà sur une nouvelle tour, rue Dumas, qui sera détruite dans les prochains mois. Là encore, les rats ne devraient pas aimer…

Mots-clés :