Un appel d'offres lancé ce lundi par la ville de Paris vise à reconvertir quatorze friches et locaux inoccupés de la capitale en terrains de sport.
Un appel d'offres lancé ce lundi par la ville de Paris vise à reconvertir quatorze friches et locaux inoccupés de la capitale en terrains de sport. - NEGROTTO VIVIANE/SIPA

Des gymnases, des stades, des terrains en plein air, des courts de tennis… En matière d’équipements sportifs, Paris manque à peu près de tout. Et la pénurie ne date pas d’hier. L’offre pourrait toutefois s’améliorer en 2016. La ville de Paris lance en tout cas ce lundi un « appel à projets sportifs » international portant sur quatorze friches et locaux actuellement inoccupés de la capitale pour les transformer en équipements sportifs éphémères.

«Autant les utiliser intelligemment»

« Plutôt que de laisser vides ces espaces dits intercalaires, autant les utiliser intelligemment avant leur transformation », indique Jean-François Martins, l’adjoint d’Anne Hidalgo en charge des sports et du tourisme, dans les colonnes du Journal du dimanche.

Sur ces quatorze sites, onze appartiennent à la ville de Paris et trois autres sont la propriété de l’établissement public de la Villette, indique le Journal du dimanche. Treize se situent dans les arrondissements périphériques de la ville. Il s’agit d’anciens terrains de pétanque, des pelouses, des dalles surplombant le périphérique, de terrains de basket mal utilisés, liste le JDD. Ces sites vont de 550m² à 3.500 m², précise le JDD. La liste des sites est disponible depuis ce lundi sur le site Internet de la ville de Paris.

Des sports de glisse, du foot à cinq indoor, des parcours de Yamakasi ?

L’appel d’offres vise alors les fédérations sportives, les clubs, les équipementiers, les architectes… Ils ont jusqu’au 11 mars pour déposer leurs idées. Les lauréats seront choisis courant mai-juin 2016 et les premiers sites pourraient ouvrir dès septembre. Jean-François Martins attend beaucoup des fédérations qui « pourraient investir, voire à perte » pour « promouvoir leur discipline gratuitement ».

Des propositions sur des disciplines comme l’escalade, le badminton, le tennis ou le squash sont espérées. Mais la ville de Paris espère aussi des propositions originales portant sur l’expérimentation de nouveaux concepts, de nouvelles pratiques sportives. Des sports de glisse, du foot à cinq indoor, des parcours de Yamakasi, des sports connectés, évoque le JDD.

Pas un centime de la mairie

Ce qui est sûr, c’est que la mairie de Paris espère ne pas dépenser un centime dans ce projet. Les investissements consentis par les lauréats de l’appel d’offres pourront être amortis par du sponsoring, voire des activités à entrées payantes sur certains sites. « Les porteurs de projets qui tireraient du profit de ces sites auront une redevance à verser à la Ville », précise Jean-François Martins.

Mots-clés :