A compter de ce lundi et pendant trois mois, le canal Saint-Martin sera vidé de son eau, le temps de réaliser un grand nettoyage.
A compter de ce lundi et pendant trois mois, le canal Saint-Martin sera vidé de son eau, le temps de réaliser un grand nettoyage. - ISA HARSIN/SIPA
Lancer le diaporama

N’ayez crainte, ce lundi, en longeant le canal Saint-Martin. S’il n’y reste que quelques centimètres d’eau, cela n’a rien à voir avec un quelconque phénomène climatique. Le canal commence juste une grande opération de nettoyage qui promet d’être spectaculaire. 20 Minutes fait le point.

En quoi consiste le chômage d’un canal ?
Il s’agit d’arrêter l’écoulement des eaux d’un canal, le temps d’enlever la vase accumulée et de réaliser les opérations de maintenance sur les écluses. C’est la partie découverte du canal Saint-Martin qui en profitera cette année. « Soit deux kilomètres de biefs, de l’écluse 1-2, au sud du bassin de la Vilette, jusqu’à l’écluse 7-8, au niveau de la rue du Faubourg-du-Temple », précise Julien Gaidot, ingénieur au service des canaux de Paris et maître d’œuvre du chantier. Il faudra pour se faire vider le canal et ceci pendant trois mois !

Comment vide-t-on un canal ?
Deux kilomètres de canal à vider, cela fait beaucoup d’eau à évacuer. « 90.000 m3 d’eau environ », évalue Julien Gaidot. L’opération se fera sans pompage. Tout se jouera au niveau des vantelles, ces petites portes au niveau des écluses qui permettent d’écouler naturellement l’eau. « Les éclusiers les ouvriront peu à peu de l’amont vers l’aval, explique Julien Gaidot. L’eau sera ainsi évacuée vers la Seine, ceci sans aucune incidence sur le niveau du fleuve. »

La mise à sec du canal sera rapide. « On commencera à faire baisser le niveau de l’eau en fin de matinée et les opérations de vidange devraient se terminer dans la soirée », poursuit Julien Gaidot. Les tracteurs pourront ensuite commencer à récurer le fond des biefs.

A quelle fréquence revient cette opération ?
Le dernier chômage du canal Saint-Martin remonte à 2001. En 2008, c’était sur le canal Saint-Denis qui s’était refait une beauté. « Ces opérations reviennent tous les 10 ou 15 ans, tout dépend de l’état d’usure du canal », explique Julien Gaidot.

Que trouvera-t-on au fond du canal ?
Imaginez tout ce qui a pu être jeté au fond du canal en quatorze ans ? C’est ce qui rend le chômage d’un canal souvent spectaculaire. Surtout à Paris, où les bords des canaux sont de plus en plus fréquentés et pas toujours respectés.

L’exposition L’eau qui dort de Mickaël Pinsky, qui s’est terminé ce dimanche, a donné un aperçu de ce qu’on pourra trouver au fond du canal, une fois à sec. En marge de la Cop 21, l’artiste britannique avait fait flotter une trentaine de déchets pêchés au grappin au fond de l’eau. Des vélos, des lits, des chaises de restaurants, des trottinettes, des poussettes, un grand frigo… Le chômage devrait mettre à nu des déchets bien plus gros encore. Julien Gaidot s’attend même à trouver des armes et des munitions comme ce fût le cas par le passé.

Voilà déjà ce que l’on peut remonter à la surface, à la main, du fond du canal Saint-Martin…

Que deviendront les poissons ?
Le service des canaux ne les a pas oubliés. « Nous laisserons exprès 50 cm d’eau lors de la vidange du canal pour permettre aux poissons d’atteindre la Seine, indique Julien Gaidot. Ceux qui n’y seront pas parvenus seront ramassés par une société spécialisée lors d’une pêche de sauvegarde électrique ».

Les riverains doivent-ils s’attendre à trois mois compliqués ?
Julien Gaidot se veut rassurant. « Il n’y aura pas d’impact majeur sur la circulation et, concernant les nuisances, elles sont à prévoir en journée mais il n’y aura pas de travaux de nuit ». En revanche, l’ingénieur insiste sur un point : « Pendant ces trois mois, l’accès au canal est strictement interdit. Nous craignons que des gens ayant perdu des objets dans le canal tentent de s’y aventurer. » La chute pourrait faire mal en effet.

Mots-clés :