Paris : La RATP se met au bus 100 % électriques

TRANSPORT La régie de transport testera à compter du 16 septembre plusieurs modèles de bus 100% électriques en plein Paris. Une étape préalable au lancement d’appels d’offres massifs prévus pour 2017…

Fabrice Pouliquen

— 

Le bluebus, dévoilé pour la première fois ce mercredi 2 décembre, sera l'un des modèles de bus 100% électrique testé par la RATP en 2016.

Le bluebus, dévoilé pour la première fois ce mercredi 2 décembre, sera l'un des modèles de bus 100% électrique testé par la RATP en 2016. — F. Pouliquen / 20 Minutes

Douze mètres de long, des batteries en lithium métal polymère, de 180 et 250 km d’autonomie, une capacité d’accueil de 91 passagers minimum, et de grandes surfaces de vitrages offrant dont pourront profiter les usagers… Ce mercredi matin, au beau milieu du champ de Mars, il y avait Anne Hidalgo, la maire de Paris, Jean-Paul Huchon, le président de la région Île-de-France pour quelques jours encore, Valérie Pécresse, qui brigue sa succession, ou encore le chef d’entreprise Vincent Bolloré…

Une flotte 100 % écologique à l’horizon 2025

Mais la véritable star, c’était le bluebus, le dernier véhicule 100 % électrique du groupe Bolloré. Le bluebus et onze autres modèles de bus propres, développés par d’autres constructeurs et alignés là par la RATP.

Il faudra s’habituer à voir peu à peu ces véhicules sur les routes franciliennes. Elisabeth Borne, pdg de la RATP, a rappelé l’objectif visé : « Nous allons transformer les 4.500 bus que nous exploitons en Île-de-France en une flotte 100 % écologique à l’horizon 2025, avec 80 % de bus électriques et 20 % de véhicules au biogaz. »

Début des tests le 16 décembre

Le processus a déjà commencé en 2014 avec les premières acquisitions de bus hybrides dans le parc de la RATP. Ce mercredi marquait le point de départ de la deuxième phase. « Elle va consister à tester sur les deux ans à venir plusieurs technologies de bus électriques et de systèmes de recharge existants, avant de lancer en 2017 les premiers appels d’offres pour un déploiement massif de bus électriques et biogaz en Ile-de-France », indique Marie-Claude Dupuis, directrice du département matériel roulant bus à la RATP. Cinq partenariats ont déjà été conclus.

Le Bluebus sera testé sur la ligne 341 (Charles de Gaulle Etoile – Porte de Clignancourt) à compter d’avril prochain. Les bus thermiques actuels seront peu à peu remplacés par des bus électriques du groupe Bolloré, si bien que cette ligne 341 sera la première 100% électrique du réseau francilien.

Le GX Elec, du constructeur français Heuliez Bus, sera testé mi-2016, pour six mois, sur la ligne 21, qui relie la gare Saint-Lazare au stade Charlety, et la ligne de banlieue 147 qui circule au nord de Paris. Les bus électriques de trois autres constructeurs, l’Espagnol Irizar, le Polonais Solaris et le Chinois Yutong (associé au Français Dietrich Carebus), seront également mis à l’essai sur les mêmes lignes 21 et 147 pour quelques mois à compter du 16 décembre prochain.

Capable de tenir une journée sur ses batteries

D’autres constructeurs pourraient être testés par la suite. Pas question de se presser donc. « La technologie est nouvelle, nous avons de nombreux paramètres à vérifier avant de lancer des commandes par centaines », reprend Marie-Claude Dupuis. Le cahier des charges de la RATP est précis. Ces bus propres devront pouvoir transporter 90 voyageurs au minimum dans un confort semblable à ce qui se fait aujourd’hui.

Surtout, les nouveaux véhicules devront avoir une grande autonomie. « C’est d’autant plus primordial que nous avons opté pour un mode de recharge en dépôt la nuit », poursuit Marie-Claude Dupuis. Autrement dit, le bus devra compter sur sa batterie toute la journée. Pas évident quand on sait que, pour certaines lignes, les véhicules de la RATP parcourent près de 250 km. « Si on arrive a déjà à bien maîtriser le 180 km c’est bien », indique Marie-Claude Dupuis. Pour ses lignes les plus longues, la RATP regarde plus du côté des bus au biogaz, une technologie qui permet dès à présent de parcourir les 250 km sans difficultés.