VIDEO. J’ai testé: Le stage de self-défense dédié aux femmes

SOCIETE Coup de paume, de poing, de coude, de pied, de genou... Les agresseurs potentiels n’ont qu’à bien se tenir...

Bérénice Dubuc

— 

«20 Minutes» a testé le stage de self-défense réservé aux femmes dispensé par Jonathan Alberts, instructeur de krav maga Operative Israeli System (O.I.S), au centre d’arts et de danse Eléphant Paname, à Paris.

«20 Minutes» a testé le stage de self-défense réservé aux femmes dispensé par Jonathan Alberts, instructeur de krav maga Operative Israeli System (O.I.S), au centre d’arts et de danse Eléphant Paname, à Paris. — 20 Minutes

Apprendre à se sortir le plus rapidement possible d’une agression en milieu urbain. C’est ce que propose, depuis la rentrée, le centre d’arts et de danse Eléphant Paname (Paris IIe) via des stages de self-défense dédiés aux femmes. Il ne faut « pas dʼaptitudes particulières », et la taille ou le gabarit du pratiquant importent peu, souligne le site du centre. Ça tombe bien, à part quelques cours de BodyCombat, on n’a jamais pratiqué d’art martial ou de boxe, et, quand on culmine à 1m58, on ne peut pas prétendre être une force de la nature…

En effet, les apparences peuvent être trompeuses. La preuve en voyant arriver notre instructeur ce mercredi en fin d’après-midi : Jonathan Alberts n’est pas très grand et plutôt fin. Mais l’homme a pratiqué arts martiaux et sports de combat, avant de découvrir le krav maga (littéralement « combat rapproché ») « Operative Israeli System » (O.I.S), et d’être formé par Aaron Elbaze, le chef instructeur et créateur de la discipline. Autant dire qu’après une petite démonstration de son savoir-faire, quand il lève un peu la voix, la petite vingtaine de femmes que nous sommes redevient instantanément très attentive.

« C’est comme la salsa »

Notre instructeur commence par nous apprendre les mouvements de base : coup de paume avec les doigts pliés pour atteindre les yeux de l’agresseur, coup de poing, coup de coude, de pied, de genou… Il nous les fait répéter à de nombreuses reprises, puis complique l’exercice : il associe deux mouvements – un de bras, un de pieds - pour créer un enchaînement. Deux coups de poing suivis d’un coup de genou « dans les parties », le tout avec le souffle, qui nous « aide à avoir de la puissance ». Notre agresseur n’a qu’à bien se tenir.

Après plusieurs répétitions - « C’est comme la salsa, on apprend les pas de base, puis c’est à force de répétition que l’on maîtrise de plus en plus les enchaînements », martèle Jonathan Alberts -, on passe aux mises en situations deux par deux. On apprend comment se sortir d’une tentative d’étouffement avec des mouvements simples, tout en « séchant » l’adversaire avec un coup de coude puis un coup de genou bien placé.

Des agressions extrêmement violentes

Les techniques de l’Operative Israeli System sont en effet adaptées à la réalité du terrain, nous explique Jonathan Alberts. « En France, vous avez peu de chances de vous faire agresser comparativement à d’autres grandes villes du monde. Mais, quand elles surviennent, ces agressions sont très rapides, et surtout extrêmement violentes. » Il faut donc savoir s’en dépêtrer et arrêter son agresseur le plus rapidement possible. Qu’il soit seul ou en groupe, qu’il attaque à mains nues ou armé d’un couteau ou d’une arme de poing.

Pour encore plus de réalisme, et encore mieux anticiper une éventuelle agression, on passe ensuite à une « préparation » un peu spéciale : répétition de pompes, d’abdos, et enfin de tours sur soi-même avant d’être « attaquée » par sa partenaire. En effet, « une agression, cela survient de façon inattendue. Et quand ça vous arrive, vous avez le cœur qui cogne fort, le souffle court, et votre champ de vision est rétréci, rappelle Jonathan Alberts. Le mental est très important pour savoir comment réagir. »

A la fin des 2 heures de stage, toutes transpirantes, on se sent déjà plus rassurées de connaître quelques bases de self-défense. Et, pour celles qui y auraient pris goût, Eléphant Paname propose également des cours, mixtes cette fois, et tous niveaux. « Au bout de 6 mois-1 an de pratique régulière une fois par semaine, les élèves peuvent sécher un agresseur sans problème », assène Jonathan Alberts.

Infos pratiques :

Éléphant Paname, 10, rue Volney, 75002 PARIS
Tél. 01 49 27 83 33

Prochains stages : dimanche 11 octobre à 14h, dimanche 22 novembre à 14h et dimanche 22 novembre à 16h.

Durée : 2 heures

Tarif : 40€