Paris : Pour la première fois, la capitale va se passer des voitures

ENVIRONNEMENT La ville de Paris organise « une journée sans voiture » le dimanche 27 septembre pour lutter contre la pollution…

Camille Tombret

— 

Paris le 16 juin 2013. Avenue des Champs Elysees. Seconde edition des 24h du Velib. Velo. Foule. Arc de triomphe.

Paris le 16 juin 2013. Avenue des Champs Elysees. Seconde edition des 24h du Velib. Velo. Foule. Arc de triomphe. — A. Gelebart / 20 Minutes

La maire de Paris, Anne Hidalgo, avait annoncé le 5 mars sur Twitter, « une journée sans voiture », le 27 septembre prochain. Un pari fou mais réalisable, comme le témoigne chaque année la ville de Bruxelles.

Aucun véhicule motorisé, sauf exceptions ou dérogations (secours, personnes à mobilité réduite, bus, taxis), ne sera autorisé à circuler. Plus de passages piétons ni de petit bonhomme rouge. La ville de Paris sera totalement métamorphosée le temps d’une journée, sans nuisances sonores, ni gaz d’échappement.

Le projet est proposé à la Mairie de Paris en août 2014, par quelques Parisiens et Parisiennes (collectif « Journée sans voiture »). Une trentaine d’associations se sont mobilisées pour sensibiliser les habitants au climat et à la pollution. « On a proposé cette journée pour que chacun puisse réinvestir la ville à travers diverses activités. Cela peut aller de la sieste à la grande compétition sportive », explique Delphine Grinberg, activement impliquée dans le collectif.

Une première pour la capitale. « Pour le moment, on travaille sur les différents projets avec la Mairie de Paris. On a pris exemple sur Bruxelles, qui propose une journée jubilatoire. On entend que le silence, c’est un vrai moment de détente », confie Delphine.

Une nouvelle appréciée chez les taxis parisiens. « C’est une excellente journée pour nous. On traverse Paris en 20 minutes, le client est satisfait car il paye deux fois moins cher et on finit notre journée de travail plus tôt », explique Mohammed Khademi du syndicat CGT des taxis.

La fédération nationale des transports des voyageurs, quant à elle, risque d’être affectée. « Les bus devraient pouvoir circuler, mais les autocars risquent d’être interdits. Un car permet pourtant de remplacer 30 voitures et rentre ainsi dans le respect de l’environnement », explique Ingrid Maréchal, secrétaire générale de la FNTV. La société envisage même de montrer les atouts des différents autocars, une semaine avant la « journée sans voiture ».

Une pollution qui coûte cher

Une lutte contre la pollution de l’air est en marche. Elle coûte jusqu’à 100 milliards d’euros par an à la France, selon le rapport du Sénat, présenté mercredi. « Pour l’OMS (Organisation mondiale de la santé), la pollution de l’air est le principal risque sanitaire posé par l’environnement », précise la commission d’enquête.

Les transports en commun pourraient être gratuits pour tous les usagers, comme c’est déjà le cas dans les villes où les journées sans voiture sont organisées. « On espère même voir la police à cheval ou en patins à roulettes », précise Delphine. Pour les plus impatients, il faudra attendre mi-août que la Mairie de Paris dévoile le projet concrétisé dans son ensemble.

La « journée sans voiture » s’inscrit donc dans la lignée de la semaine européenne de la mobilité (16 au 22 septembre) et de la conférence sur le climat (COP 21) en fin d’année.