Des panneaux et des affiches ont été apposés un peu partout dans la médiathèque pour appeler le public au civisme.
Des panneaux et des affiches ont été apposés un peu partout dans la médiathèque pour appeler le public au civisme. - Photo Social Nec Mergitur

« Ces boitiers ont été retrouvés vides en rayon. Coût moyen 45 € pour un DVD et 100€ pour un coffret. Nous ne serons donc pas en mesure de les racheter. » Voilà l’affichette qui accueille les visiteurs à la médiathèque Françoise-Sagan dans le 10e arrondissement. L’établissement n’a ouvert que le 16 mai au Carré Saint-Lazare, près de la gare de l’Est, et est déjà victime de larcins en série. Si bien que des panneaux et des affiches ont été apposés un peu partout dans la médiathèque pour appeler le public au civisme.  « Ce DVD n’est plus empruntable car il a été volé », peut-on également lire sur des jaquettes de DVD vides étalées sur une table.

Pas un phénomène nouveau

Social Nec Mergitur, le site d’informations sociales, syndicales et culturelles de la ville, s’est ému de ces vols en série. Mais ne se dit pas surpris même si les objets volés étaient équipés de puces RFID qui auraient dû sonner aux portiques antivol. « Les malfaiteurs connaissent bien les failles de sécurité de cette technologie, note le site Internet. Des failles bien connues de la ville, car dans un passé récent, de nombreuses bibliothèques ont subi la même mésaventure. »

Social Nec Mergitur cite ainsi sept bibliothèques, dont Clignancourt (18e), François Villon (10e), Flandre (19e) ou encore Chaptal (9e), victimes de vols en série en mars 2013 au point de susciter un post de la CGT Culture de la Direction des affaires culturelles de la ville de Paris sur son blog.

 

Mots-clés :