Migrants à Paris: Jean-Marie Le Guen propose à Cécile Duflot d'accueillir les sans-papiers dans sa circonscription

IMMIGRATION Alors que l'ex-ministre critique l'action du gouvernement auprès des migrants parisiens....

F.P. avec AFP

— 

Paris le 9 juin 2015. Des migrants rassemblés au bois Dormoy dans le 18e arrondissement.

Paris le 9 juin 2015. Des migrants rassemblés au bois Dormoy dans le 18e arrondissement. — F. POULIQUEN/20 Minutes

Le réponse du berger à la bergère. Jean-Marie Le Guen, le secrétaire d’Etat aux relations avec le Parlement, a assuré mercredi, en réponse au cri d’alarme de Cécile Duflot sur l’accueil des migrants, que personne ne voulait d'« un Sangatte à Paris ». Et a invité l'ex-ministre a accueillir les sans-papiers dans sa circonscription de Paris, à cheval entre le 10e et le 11e arrondissement

Interrogé par Europe 1 sur la lettre ouverte de l’ex-ministre EELV au président François Hollande, où Cécile Duflot dénonce un « Waterloo moral » de la politique migratoire, le responsable socialiste a rétorqué : « Il y a longtemps qu’elle a quitté le champ de bataille… »

« Pas un nouveau Sangatte à Paris »

La politique du gouvernement « en matière de migrations est ferme, juste et humaine », a estimé Jean-Marie Le Guen. « Evidemment, personne n’imagine qu’il y ait un nouveau Sangatte dans Paris », a-t-il tranché, en référence au vaste camp proche de Calais où étaient regroupés durablement des migrants candidats au passage vers la Grande-Bretagne. « A moins que Cécile Duflot, qui est députée de Paris, ne propose tout simplement que dans sa circonscription, on regroupe tous les immigrants qui sont aujourd’hui dans les rues », a glissé Jean-Marie Le Guen, lui-même élu de Paris.

Dans sa lettre ouverte au président François Hollande, l’ex-ministre et députée écologiste s’indigne des évacuations de camps de réfugiés et exhorte à « résister au vent mauvais de la xénophobie ».

Vers un centre d’accueil à proximité de Paris

Mardi soir, la maire de Paris, Anne Hidalgo, s’est prononcée en faveur de la création d’un centre d’accueil pour migrants, où ils pourraient décider s’ils veulent ou non demander l’asile en France. La localisation, le format et le mode de gestion de ce centre « sont à l’étude », et « il n’ouvrira pas avant plusieurs semaines », a précisé un porte-parole à l’AFP.

Selon les coprésidents du groupe écologiste de Paris, qui ont eu des échanges sur le sujet avec Anne Hidalgo mardi après-midi, cette dernière serait plutôt favorable à ce que ce lieu se trouve « à proximité de Paris ».

« Nous préférerions dans Paris », quitte à ce qu’il y ait plusieurs lieux d’accueil, a dit Anne Souyris à l’AFP. La fédération du FN de Paris a dénoncé mercredi dans un communiqué la volonté d’Anne Hidalgo « d’installer un nouveau Sangatte en plein Paris ! » Elle a accusé la « municipalité d’être directement responsable du sort dramatique des clandestins dans notre capitale » par l’aide qu’elle apporte aux migrants, et exigé que ces derniers soient « expuls (és) vers leurs pays d’origine ».