Nouveau Roland-Garros: Hidalgo attend «très vite» le feu vert du gouvernement

TENNIS Même si un voeu déposé par le groupe EELV doit encore être débattu ce jeudi au Conseil de Paris, la maire de la ville affirme que le débat est clos...

M.G. avec AFP

— 

Vue sur le stade de Roland-Garros en 2013 (illustration).

Vue sur le stade de Roland-Garros en 2013 (illustration). — REAU ALEXIS/SIPA

La maire de Paris veut tuer le match. Anne Hidalgo (PS) a affirmé ce mardi que le débat sur le nouveau Roland-Garros était clos pour la Ville, favorable au projet porté par la Fédération française de tennis (FFT), et qu’elle attendait désormais « très vite » le feu vert du gouvernement.

« Roland-Garros, c’est fini, c’est derrière nous. Il y a eu un énième rapport, un énième avis sur la question de la couverture du périphérique, qui montre que c’est extrêmement cher. Si les opposants ont de l’argent à dépenser, qu’ils le disent, qu’ils le mettent sur la table. En ce qui concerne la Ville ce n’est plus un sujet sur lequel on va continuer à creuser. Roland-Garros, c’est parti », a déclaré Anne Hidalgo au cours d’un petit-déjeuner avec la presse.

Pour suivre Roland Garros en direct, c’est par ici

La Ville attend désormais que le gouvernement donne son feu vert au projet porté par la FFT. « Nous attendons deux autorisations, du ministère de la Culture et de celui de l’Environnement. La balle est du côté (du Premier ministre) Manuel Valls. Dès que nous aurons le feu vert du gouvernement nous pourrons délivrer les permis », a assuré l’adjoint en charge de l’Urbanisme Jean-Louis Missika (apparenté PS). « Je pense que ça va aller très vite vu la détermination du gouvernement à appuyer le dossier », a ajouté Anne Hidalgo.

La Ville a rendu public la semaine dernière un rapport du groupe de conseil et d’ingénierie Egis, qui conclut clairement en faveur du projet de la FFT, au détriment du projet alternatif porté par des associations de défense du patrimoine et de l’environnement. Ce projet alternatif prévoit de couvrir une partie de l’autoroute A13, ce qui permettrait de préserver l’intégrité du jardin des Serres d’Auteuil.

Mais le groupe EELV a contesté les conclusions de l’étude d’Egis, financée par la FFT. Il a déposé un vœu, qui sera débattu jeudi, qui affirme notamment que « la Ville de Paris ne peut prendre pour une étude indépendante et neutre l’étude telle qu’elle a été menée », et qui juge « indispensable » la réalisation d’un complément à l’étude.

Le groupe UMP pourrait joindre sa voix à celle des élus écologistes.

Mots-clés :