Adoption du plan antipollution: Ce qui va changer à Paris

Seuls le groupe UMP et la conseillère de Paris PG Danielle Simonnet se sont abstenus ce lundi matin…

20 Minutes avec AFP

— 

Un graffiti "le diesel tue" sur les rives de la Seine à Paris le 6 juillet 2012

Un graffiti "le diesel tue" sur les rives de la Seine à Paris le 6 juillet 2012 — Anthony Lucas AFP

Le Conseil de Paris a largement approuvé lundi les mesures incitatives proposées par la mairie pour accompagner son plan antipollution. Cette batterie de mesures a été adoptée avec les voix de la majorité PS-PC-EELV-PRG et de l'UDI-MoDem. Le groupe UMP et la conseillère de Paris PG Danielle Simonnet se sont abstenus.

Une aide qui pourra atteindre jusqu’à 500 euros par personne

La délibération (DVD 106) prévoit de proposer aux personnes qui abandonneraient leur véhicule polluant, soit de bénéficier d'un an d'abonnement aux transports en commun gratuit (Passe Navigo annuel), ainsi que d'un abonnement annuel à Vélib et d'une offre découverte du service Autolib, soit de pouvoir acquérir un vélo et d'éventuels accessoires de sécurité, tout en bénéficiant d'une offre découverte Autolib'.

Le montant de l'aide ainsi accordée pourra atteindre 500 euros pour chaque bénéficiaire. Une enveloppe de 3 millions d'euros est prévue sur la mandature.

La délibération prévoit également d'offrir aux jeunes conducteurs parisiens de moins de 25 ans, venant d'obtenir leur permis, un abonnement Autolib' à moitié prix, plus un crédit de 50 euros de trajets prépayés.

Des aides pour s’équipier d’abris vélos

En outre, le texte prévoit d'aider les copropriétés à s'équiper d'abris vélos sécurisés (les travaux d'installation et les équipements seront financés par la Ville à hauteur de 50% du montant total avec une subvention plafonnée à 2.000 euros) et à s'équiper de points de recharge pour les véhicules électriques: 1,5 million d'euros et 500.000 euros, respectivement, sont prévus sur la mandature pour ces deux mesures.

Une autre délibération présentée ultérieurement portera sur l'aide financière à accorder aux professionnels les plus modestes souhaitant renouveler leur véhicule pour un véhicule propre.

Des mesures «insuffisantes» pour NKM

Présidente du groupe UMP au Conseil de Paris, Nathalie Kosciusko-Morizet, a jugé ce paquet de mesures largement insuffisant.

Danielle Simonnet (Parti de gauche) a de son côté déploré que les aides ne prennent pas en compte de «critères sociaux». «Qui aura les moyens de s'acheter un véhicule électrique?», s'est-elle interrogée, en rappelant que les ménages parisiens devaient déjà absorber une hausse substantielle des tarifs de stationnement.