Pendant les vacances de Noël, la mairie de Puteaux a donné de drôles de couleurs à la vieille église de Puteaux... Sans consulter les paroissiens.
Pendant les vacances de Noël, la mairie de Puteaux a donné de drôles de couleurs à la vieille église de Puteaux... Sans consulter les paroissiens. - F. Pouliquen/20Minutes

Cela ressemble fort à un article du Gorafi, le site d’information pastiche. «Pourtant, cette histoire est bel et bien vraie », déplore Sylvie Concelloni, présidente de Puteaux en mouvement, groupe politique UDI de la commune des Hauts-de-Seine.

Dans un post publié lundi sur son site Internet, Puteaux en mouvement raconte la surprise du curé de la commune lorsqu’il a ouvert début janvier les portes de la vieille église, quai de Dion Bouton. L'édifice avait pris de drôles de couleurs pendant les vacances de Noël, période pendant laquelle l’église, la seconde de Puteaux, reste fermée. «Le chœur est devenu rouge vermillon, le bénitier et des pans de mur violet et certaines statues ont été peintes en jaune beige», raconte Sylvie Concelloni.

L’envie d’imprimer un style baroque à son église?

Blague potache d’adolescents? Délire d’un artiste se pensant inspiré? Non, non, ce chantier de restauration est signé de la ville elle-même, L'équipe du maire, Joëlle Ceccaldi-Raynaud (UMP), ne s'en cache pas: «Par mesure de sauvegarde et d’entretien de son patrimoine, la ville de Puteaux a entrepris en décembre des travaux de peinture à l’intérieur du bâtiment sur des murs qui nécessitaient une réfection suite à des infiltrations d'eau», glisse sans autre commentaire le service communication de la mairie de Puteaux. 

Mais pourquoi ces couleurs? «Dur à dire, reste perplexe Sylvie Concelloni. Joëlle Ceccaldi-Raynaud a toujours eu une attirance pour tout ce qui touche à la décoration et sûrement a-t-elle voulu avoir son église d’inspiration baroque.»

Aucune concertation avec les paroissiens

Transformation réussie? A vrai dire, la question n’est même pas là. «C’est la forme qui est très dérangeante, estime-t-on à Puteaux en mouvement. Certes, l’église est propriété de la municipalité. «Mais jamais la paroisse n’a été concertée lors ce chantier de restauration, s’insurge Sylvie Concelloni. Et une partie du mobilier peint appartient à la paroisse. Comme le bénitier ou une statue de la vierge en bois, une oeuvre d'artiste, qui a été peinte en beige», détaille Sylvie Concelloni. Des meubles et des statues auraient aussi été enlevés lors des dernières vacances et d'autres rajoutés.

«Cette histoire tombe mal après les attentats des derniers jours à Paris, poursuit la présidente de Puteaux en mouvement. Des millions de personnes sont descendues dans la rue défendre la laïcité et les valeurs de la République. Or, parmi ces valeurs, il y a le dialogue et le respect. Les citoyens catholiques de Puteaux y ont droit comme les autres. Repeindre le mobilier de leur église sans les prévenir, c’est un manque de respect.»

Des concerts aussi le dimanche matin

Cette mésaventure ne serait pas le premier exemple d’un manque de communication de la mairie de Puteaux envers ses paroissiens. «Depuis quelque temps, la municipalité a pris l’habitude de programmer des concerts le dimanche matin, à l’heure du culte, indique Christophe Grébert, autre conseiller municipal d’opposition à Puteaux qui a relayé les faits sur son blog. «Certes, l’édifice n’accueille plus de messes, ajoute Sylvie Concelloni. Mais on ne peut tout de même que s’étonner du détournement imposé d’un jour de culte chrétien».

Mots-clés :