Chaque année, le coût de la fraude est estimé à 300 millions d’euros pour la SNCF (100 millions pour le Transilien Île-de-France, 100 millions pour les grandes lignes et 100 millions pour les TER).
Chaque année, le coût de la fraude est estimé à 300 millions d’euros pour la SNCF (100 millions pour le Transilien Île-de-France, 100 millions pour les grandes lignes et 100 millions pour les TER). - GERARD JULIEN / AFP

Avez-vous déjà pris le train sans billet? La question n’est ni anodine, ni taboue. Guillaume Pépy, le président de la SNCF, le reconnaît lui-même: «De plus en plus d’utilisateurs qui paient se posent la question de pourquoi le faire, les mailles du filet leurs apparaissant large et les incivilités nombreuses.» D’après un sondage YouGov réalisé pour 20 Minutes*, 83,6% des Français estiment en effet que la compagnie ferroviaire n'en fait pas assez pour lutter contre la fraude.

Un système anti-fraude trop peu dissuasif

Les voyageurs rencontrés ce jeudi par 20 Minutes gare Saint-Lazare confirment ce sentiment. S’ils disent ne jamais avoir pris le train sans billet, ils sont plusieurs à avouer pouvoir un jour être tenté de le faire. «Si je n’avais pas la carte de réduction 12-25 ans, la question se poserait clairement», note Thibault, étudiant parisien habitué de la ligne de TER Paris-Rouen. «Ou si j’avais à prendre le train à la dernière minute», ajoute Benoît, qui grimpe souvent dans le Paris-Bordeaux. Tant pis je devais payer l’amende en cas de contrôle.»

Pour restreindre ces tentations, la SNCF planche sur un nouveau plan anti-fraude qui sera présenté d’ici quelques semaines. L’enjeu est de taille. Chaque année, le coût de la fraude est estimé à 300 millions d’euros pour la compagnie ferroviaire. En Ile-de-France, plus précisément, les pertes sur le Transilien sont évaluées à 100 millions d'euros et le taux de fraude est de 8,6%. La RATP, de son côté, parle aussi de 100 millions de pertes dues à la fraude sur ses lignes (métro, bus, tramway, et des portions des RER A et B) et d'un taux de fraude de 5%.

De nouvelles mesures sont déjà en place depuis septembre. Comme le paiement sans contact en Basse-Normandie. «Il permet l’achat et la vérification du billet par smartphone, rendant le contrôle ultra-rapide, explique Alain Le Vern, le Monsieur anti-fraude de la SNCF. L’entreprise publique a aussi réduit à sept jours la validité des billets des TER sans réservation, «afin de lutter contre la multi-utilisation des billets», précise Alain Le Vern. Mais cette mesure est jugée seulement utile par 34,9% des personnes interrogées par YouGov.

La fin des quais en libre accès?

D’autres projets sont à l’étude, notamment des amendes plus élevées et la mise en place de postes de filtrage en dur à l’entrée des quais jusque-là libre d’accès. Cette dernière mesure a l’appui des voyageurs. Selon le sondage YouGov, 78,3% des Français sont pour généraliser le contrôle des billets avant de monter dans tous les trains.

«Mais cela ne doit pas se faire au détriment du nombre de contrôleurs dans les trains», estime Marc Pélissier, le président de la section Île-de-France de la Fnaut (Fédération nationale des associations d’usagers des transports). La SNCF ne l'entend toutefois pas ainsi et annonce vouloir développer le nombre de TER sans contrôleur. Officiellement, l’objectif est de lutter plus efficacement contre la fraude en concentrant les contrôleurs dans les trains les plus susceptibles d’être fraudés. «Mais du coup, sur certaines lignes ou dans des petites gares, on ne voit quasi plus jamais de contrôleurs, observe Marc Pélissier. Ce qui incite à frauder.»

Pourquoi pas baisser les prix?

Seulement 29,2% des personnes interrogées sont favorables à la généralisation des TER sans contrôleur pour lutter contre la fraude. «Il y a sûrement plus efficace, estime Loys, 25 ans, utilisatrice régulière du Transilien. Pourquoi ne pas améliorer la qualité de services ou baisser les tarifs ?» 91,1% des personnes interrogées par YouGov abondent dans ce sens.

*Sondage réalisé en ligne du 4 au 7 septembre sur 1.009  personnes représentatives de la population nationale française âgée de 18 ans et plus. Etude réalisée selon la méthode des quotas sur le panel propriétaire YouGov. Rejoignez le panel YouGov

 

Mots-clés :

  • Aucun mot-clé