«C’est impressionnant!», lance Cécile Aurouze, de la société Aurouze qui lutte contre les nuisibles en tout genre à Paris, après avoir vu les clichés de Xavier Francolon. La semaine dernière, ce photographe de l’agence Sipa est allé se promener sur les pelouses du Louvre. Dans le jardin du Carrousel, entre les Tuileries et les Pyramides, il a pris des photos de rats, en nombre. «Au grand jour et en se souciant peu des touristes aux alentours, observe Cécile Aurouze. C’est sans doute le point le plus étrange. Pour qu’ils sortent ainsi d’un coup, c’est qu’il doit vraiment y en avoir beaucoup là-dessous.»

>> VOS PHOTOS ET VIDEOS - Vous avez déjà croisé la route de rats dans Paris? Vous avez immortalisé la rencontre en photos et vidéos? Envoyez-nous vos oeuvres par email à contribution@20minutes.fr.

Le Carrousel, un vrai festin pour rats

Les dératiseurs privés parisiens ont toutefois des pistes d’explication. La première, ce sont les travaux nombreux ces derniers mois dans le quartier du Louvre, y compris au niveau du métro. «Qui dit travaux, dit secousses et in fine, dit rongeurs dérangés dans leur habitat, explique Sofiane Azzi, gérant d’Anti Cafard 2000. Ils remontent alors bien souvent vers la surface.»

Mais plus que les travaux, il y a un autre élément qui pousse les rats à prendre des risques et à sortir leurs moustaches au grand jour. C’est la nourriture. Et au jardin du Carrousel, «les touristes laissent chaque jour de quoi faire un festin, déplore Marcel Elbaz, de Traitement-nuisibles, autre spécialiste parisien de la dératisation. Ils jettent par terre leurs fins de sandwichs par terre quand ils ne les nourrissent pas carrément comme on le fait avec les pigeons.»

Le rat, un ami depuis Ratatouille?

Un effet Ratatouille? Le film d’animation à succès des studios Pixar, devenu également cet été une attraction de Disneyland Paris, a-t-il fait remonter la cote des rats au point d’être tolérés au moment du pique-nique? «On dirait que les touristes comme les Parisiens s’y sont habitués. Ils mangent leurs pâtés, boivent du rosé ou trinquent au champagne à côté des rats. Il y en a même qui arrivent à faire la sieste!», constate Xavier Francolon, interrogé par Metronews. «Mais ils sont toujours aussi nombreux à nous appeler pour qu’on vienne débarrasser leur appartement ou leur lieu de travail des rongeurs», tempère toutefois Cécile Aurouze.

Car les rats ne se contentent pas du jardin du Carrousel. «A Paris, on en trouve partout, indique Sofiane Azzi. Les quais également grouillent de rats d’ailleurs.» En 2010 déjà, on parlait de 6 millions de rats à Paris. Des bestioles de plus en plus résistantes aux poisons en prime. «Il y en a sûrement plus aujourd’hui», estime Cécile Aurouze.

Gare aussi aux punaises des lits

Mais le rat n’est plus le premier souci de ceux qui combattent les nuisibles en tout genre à Paris. «Le vrai problème cet été, c’est la punaise de lit, observe Sofiane Azzi. Depuis deux ans, ce nuisible est en pleine recrudescence dans les grandes villes. A Paris, c’est elle qui me fait le plus travailler aujourd’hui.»

Mots-clés :