Les innovations qui vont façonner le Paris du futur

URBANISME. Projets biomimétiques, chronobiologiques ou de transports doux sont présentés à travers deux expositions. Tour d’horizon des idées qui pourraient voir le jour à Paris…

Fabrice Pouliquen

— 

A Amsterdam, le tram transporte les habitants comme les marchandises.

A Amsterdam, le tram transporte les habitants comme les marchandises. — C. Boll / ANP / AFP

En 2050, l’Île-de-France devrait atteindre 15 millions d’habitants, selon les prévisions du Conseil économique social et environnemental (CESR). Pour accueillir ces 3 millions de personnes sans dégrader les conditions de vie, il faudra repenser Paris. Un casse-tête sur lequel planchent déjà urbanistes et architectes. 20 Minutes vous dévoile leurs pistes de réflexion.

Tram-fret et éclairages chronobiologiques

Premier enjeu: la mobilité. «Tant des hommes que des marchandises, prévient Frédéric Mialet, critique d’architecture et commissaire de l’exposition Proximité(s) qui présente, jusqu’au 29 juin à la Cité du patrimoine et de l’architecture*, quelques idées futées pour la ville de demain. Rien qu’à Paris, un million de colis arrivent chaque jour. De bonnes idées sont à l’œuvre pour gérer le flux proprement. Monoprix utilise ainsi un dispositif combinant rail et véhicules doux pour approvisionner ses magasins en Île-de-France. Les marchandises sont acheminées par train jusqu’à la Halle Lamé à Bercy, puis dispatchées par des véhicules roulant au gaz naturel.»

Le tram-frêt aussi pourrait prendre de l’essor. Amsterdam et Dresde (Allemagne) ont déjà adopté ces trams dédiés au transport de colis et qui circulent tôt le matin. Paris aussi étudie l’idée sur la ligne T3 de son tramway.

L’autre défi de la ville de demain sera de donner l’envie aux piétons de se réapproprier la rue. Pour y parvenir, le mobilier urbain se réinvente petit à petit. Même à Paris. La rue Robert-de-Flers (15e) vient ainsi d’être dotée d’un éclairage chronobiologique qui varie tout au long de la journée selon l’humeur des passants. Le matin, l’éclairage est ainsi bleu ciel pour stimuler les passants en phase d’éveil.

Les bonnes idées se dénichent aussi ailleurs. Séoul a ainsi ses garages à vélos verticaux suspendus à des façades d’immeubles. Pratique pour désencombrer les trottoirs. Le nouveau parc du quartier de Norrebro, à Copenhague, vaut aussi le coup d’œil. «Plus de 100 pièces de mobiliers urbains venues des quatre coins du monde y ont été installées pour représenter la diversité culturelle du quartier, détaille Frédéric Mialet. Il y a des bancs brésiliens, une fontaine marocaine, des balancelles irakiennes… Le parc est bondé, c’est un vrai succès.»

Et si la clé était d’imiter la nature?

Paris pourrait aussi devenir biomimétique! Cet art de copier la nature a longtemps été cantonné à la recherche en aérodynamisme. «Mais les urbanistes aussi s’y mettent, raconte Olivier Allard, consultant en innovations biomimétiques qui a participé à l’élaboration de l’exposition «Ville biomimétique, ville de demain», à découvrir en ce moment à Vélizy-Villacoublay**. L’idée alors est d’imiter la manière dont la nature fonctionne. C’est-à-dire en symbiose, avec des organismes qui s’associent en s’apportant mutuellement.»

Paris a les moyens de s’y mettre, selon Olivier Allard. «Des serres urbaines pourraient être installées sur le toit d’immeubles pour permettre à Paris de produire sa propre nourriture.» Pourquoi ne pas non plus intégrer des cultures de micro-algues aux façades des bâtiments. «Là encore, chacun y gagne, explique Olivier Scheffer, du cabinet d’architecture XTU qui planche sur le sujet. D’un côté, les micro-algues se nourrissent du CO2 rejeté par l’immeuble. De l’autre, elles produisent de l’oxygène forcément bénéfique pour nous.» XTU a déjà lancé un test sur des toitures d'université à Saint-Nazaire et tente d’implanter l’idée à Paris.

*Exposition Proximité(s), dans le hall de la Cité de l’architecture & du patrimoine, 1 place du Trocadéro. A découvrir jusqu’au 29 juin, les lundis, mercredis, vendredis, samedis et dimanches de 11h à 19h. Gratuit. Tél. 01 58 51 50 19.  

**Exposition «Ville biomimétique, ville de demain», à L’Onde, théâtre et centre d’art, 8 bis, avenue Louis-Breguet à Vélizy-Villacoublay. A découvrir jusqu’au vendredi 23 mai. De nombreuses conférences sont prévues toute la semaine. Le programme est à découvrir ici. Entrée libre.

Mots-clés :