Station RER: Auber, pourquoi es-tu si sale?

PROPRETÉ Mousse dégoulinante aux murs, ascenseur qui sent l’urine… La station Auber, porte d’entrée dans Paris pour de nombreux touristes, ne donne pas envie de s’arrêter...

Fabrice Pouliquen

— 

A Auber, l'eau s'écoule le long de nombreux murs. Lorsque le calcaire se cristallise et sèche, un dépot marron, peu ragoûtant, se forme alors.

A Auber, l'eau s'écoule le long de nombreux murs. Lorsque le calcaire se cristallise et sèche, un dépot marron, peu ragoûtant, se forme alors. — F. Lodi /20minutes

Quelle maladie ronge la station Auber? Dans le 9e arrondissement, cette gare du RER A affiche une bien mauvaise mine face aux 250.000 voyageurs qui l’empruntent chaque jour pour rejoindre Opéra, les magasins des Grands Boulevards ou l’une des nombreuses correspondances qu’elle permet de prendre.

» Quelle est selon vous la station la plus sale de Paris? Venez témoigner ici…

Problème d’infiltrations

Des traînées marron s’écoulent le long des murs et forment une mousse peu ragoûtante à certains endroits. Parfois, c’est même au plafond que cette mousse apparaît, formant des «stalactites» sous lesquelles passent les voyageurs. Un sceau est aussi posé au sol pour recueillir les gouttes d’eau tombant du plafond dans le hall central de la gare. «La technique est fréquente», glissent les commerçants de la station. Ce n’est pas le seul exemple de rafistolage à Auber. Des câbles pendent aussi du plafond et Karima, vendeuse dans une parfumerie en face d’un accès au RER A, montre un bout de carton qui couvre un trou dans le mur en face de sa boutique.

Ce délabrement est en partie dû aux infiltrations d’eau, un mal qui touche 20% des stations de métro et de RER. «La station Auber, toute proche du réservoir d’eau situé sous l’Opéra, est particulièrement touchée, explique Jean-Christophe Archambaud, responsable de la politique du nettoyage à la RATP. L’eau s’écoule alors le long des murs amenant son lot de calcaire qui se cristallise et sèche.» Et donc cette substance marron!

Un ascenseur qui sent l’urine

Mais à Auber, la saleté ne se limite pas à ces infiltrations. Le nettoyage de la station laisse aussi à désirer. Il y a trois semaines, Bernard Gobitz, vice-président de l’Association des usagers des transports (AUT) d’Île-de-France, a même pris des photos afin d’alerter le Stif (Syndicat des transports d’Île-de-France). «Les supports publicitaires le long des escaliers mécaniques entre la ligne 8 et le hall de la gare RER étaient couverts de gobelets, de canettes et de plusieurs centimètres de poussière.»

Les détritus ont depuis disparu. En revanche, ce qui ne disparaît pas, c’est la forte odeur d’urine que renvoie l’ascenseur faisant la liaison entre le hall de la gare et la ligne 3. «C’est une honte, glisse Florence, une passante. Je prends cet ascenseur depuis cinq ans et cette odeur est toujours présente. Il faut se pincer le nez durant la montée. C’est très pénible.»

«Des efforts sont faits»

La RATP se dit «consciente» de ces problèmes. A Auber comme ailleurs. «De gros efforts sont faits depuis 2006 pour lutter contre ces infiltrations, assure Jean-Christophe Archambaud. Quarante millions d’euros seront encore investis entre 2014 et 2015 pour assurer l’étanchéité de 50 stations.» La gare Auber en profite. Un nouveau revêtement, plus étanche, est en cours d'installation au plafond, le long des couloirs menant de la ligne 9 aux quais du RER.

Poussée par le Stif, qui a renforcé ses critères d’évaluation de l’état du réseau, la RATP a également déployé un nouveau marché concernant le nettoyage dans le métro début octobre. Sur le papier, cela se traduit par plus d’opérateurs en charge de la propreté dans les stations, des poubelles vidées plus souvent ou encore le grand nettoyage, chaque mois, des stations les plus fréquentées. «Dont Auber, précise Jean-Christophe Archambaud. «Ces grands nettoyages sont l’occasion de décaper les surfaces avec lesquelles les voyageurs sont en contact et de cirer les sols des quais.»

Pourquoi pas un coup de propre?

Mais Auber a visiblement besoin de plus. Or, la RATP mène depuis fin 2012 des opérations «Coups de propre» dans les gares parmi les plus fréquentées du réseau. «Dans ce cadre-là, nous remettons à jour la peinture, nous réparons les carrelages, nous installons des éclairages LED…» détaille Jean-Christophe Archambaud. La station Madeleine y a eu droit fin décembre et la station Charles-de-Gaulle en ce moment.» Et Auber? Pas au planning pour l’instant. Pourtant, la station accueille de nombreux touristes, venus faire leurs emplettes dans les magasins alentours. Comme première image de Paris, on fait mieux.

Mots-clés :