Entre fiscalité et sécurité, la qualité de l'air n'est pas vraiment un sujet prioritaire pour les candidats aux municipales. Un maire peut pourtant beaucoup contre la pollution en ville, à condition de toucher à la sacro-sainte automobile. 
Entre fiscalité et sécurité, la qualité de l'air n'est pas vraiment un sujet prioritaire pour les candidats aux municipales. Un maire peut pourtant beaucoup contre la pollution en ville, à condition de toucher à la sacro-sainte automobile.  - Philippe Huguen AFP

O. G.

Le soleil très bien, l’air irrespirable, pas terrible. Depuis mercredi, l’Ile-de-France traverse une période de chaleur et d’ensoleillement qui favorise un taux élevé de particules fines dans l’air. Cet épisode de pollution devrait dépasser ce lundi le seuil d’information selon Airparif. De quoi échauder certaines associations. Mardi, Ecologie sans frontière, Respire et le Rassemblement pour la Planète, ont décidé de porter plainte contre X pour mise en danger d’autrui, selon France Info.

«Les petites manifs très gentilles ça ne suffit plus»

«Il y en a ras le bol de ce phénomène de la pollution de l’air. Dès qu’il fait beau, dès qu’il fait sec en hiver, vous avez des pics de pollution, les urgences se remplissent. Les slogans et les petites manifs très gentils ça ne suffit plus» souligne Nadir Saifi, vice-président d’Ecologie sans frontière au micro de France Info.

Si cette démarche semble originale, il n’est pas sûr qu’elle sera suivie d’effet. Les associations ont déjà tenté une plainte au tribunal administratif il y a dix ans sans suite.

>> Parisiens, en quoi la pollution atmosphérique vous inquiète? Comment la ressentez-vous et en quoi change-t-elle votre quotidien?

Réagissez dans les commentaires ou via contribution@20minutes.fr