- V. WARTNER / 20 MINUTES

Tout se veut respectueux de l'environnement, de la mixité sociale, du patrimoine architectural et même de l'attractivité économique. L'écoquartier Boucicaut, dans le 15e, en chantier depuis dix ans, poursuit sa mutation. L'hôpital Boucicaut – inauguré à la fin du XIXe siècle et fermé en 2001 – est encore présent à travers la chapelle, camouflé le temps des travaux par une centrale à béton, et plusieurs bâtisses réhabilitées, qui accueillent une école et une crèche.

Aucune voiture


Mais Boucicaut, ce sont aussi de petits immeubles modernes qui accueillent des logements sociaux. Certains le font depuis 2009, date de la fin d'une première tranche de travaux.

Mercredi, Anne Hidalgo, candidate socialiste à la Mairie de Paris, et des membres de la SemPariSeine, qui aménage le site, portaient casque et gilet pour visiter le chantier. Certains bâtiments d'habitation seront prêts d'ici à la fin 2013, tout comme une pépinière d'entreprises.

Pour le lot C – 58 logements sociaux, un équipement culturel, et un foyer de travailleurs migrants –, «on en est aux deux tiers du projet», explique Nicolas Brenner, de la Régie immobilière de la Ville de Paris. A l'extérieur, des ouvriers installent la façade en brique. La terrasse de l'immeuble accueillera bientôt des végétaux et des nichoirs à oiseaux. A terme, l'écoquartier offrira 400 logements, dont 200 sociaux, ainsi qu'un immense jardin central, accessible à tous. Aucune voiture n'y circulera. «Le maître-mot de ce morceau de ville dans la ville, encadré par quatre rues, c'est la bienveillance, dans le respect de l'esprit de la veuve Boucicaut. Nous passons le témoin», explique l'architecte Paul Chemetov, qui coordonne le projet. Les travaux s'achèveront en 2016.

Mots-clés :

  • Aucun mot-clé