Autolib' doit encore grandir

TRANSPORTS Les voitures électriques en libre-service vont fêter leur premier anniversaire...

Hélène Colau

— 

Un modèle de station Autolib', équipée d'un kiosque d'information

Un modèle de station Autolib', équipée d'un kiosque d'information — DR

«Ce qui me prouve le succès d'Autolib', c'est le bistrot. Des Parisiens m'ont dit qu'ils avaient pu abandonner leur voiture», assure le maire (PS) de Paris, Bertrand Delanoë. Les petites voitures électriques en libre-service fêteront le 5 décembre leur premier anniversaire. La Ville et l'exploitant, le groupe Bolloré, se félicitent des 800.000 locations effectuées depuis le lancement du service. 47.500 abonnements ont été recensés, dont 17.500 à l'année.

Génération sans voiture

«Les deux tiers des abonnements courte durée concernent des personnes de moins de 35 ans, précise l'adjoint au maire de Paris chargé des transports, Julien Bargeton. Toute une génération est prête à se passer d'un véhicule thermique personnel.» Selon une étude CSA menée auprès de 1 000 utilisateurs, 95 % d'entre eux seraient satisfaits d'Autolib'. «Les points positifs qui ressortent sont la qualité du service clients et la facilité d'utilisation, détaille Morald Chibout, directeur général d'Autolib'. En revanche, les utilisateurs réclament des améliorations concernant le GPS, ainsi que de nouvelles stations.»

80.000 abonnés en 2014

En effet, certains quartiers de Paris, comme le 2e arrondissement, sont mal desservis. Sans compter les communes qui refusent encore de rejoindre le mouvement – pour des raisons économiques ou écologiques –, telles Montreuil ou Saint-Denis. «Notre prochain défi sera d'étendre encore le service», reconnaît Bertrand Delanoë, qui se réjouit de la probable adhésion de Versailles, Saint-Cloud et Aubervilliers. Il faudra aussi convaincre davantage d'abonnés. Lors du lancement d'Autolib', Bolloré disait tabler sur 80.000 fidèles. Un objectif ambitieux qu'il espère atteindre dès 2014, à condition de recruter 1.200 nouveaux abonnés par semaine.