Anne Hidalgo a présenté son équipe.
Anne Hidalgo a présenté son équipe. - REVELLI-BEAUMONT/SIPA

«C'est souvent un coup d'audace de venir à Paris, il faut suivre le rythme de cette ville qui se réinvente en permanence. » C'est pourquoi l'association de soutien à la candidature d'Anne Hidalgo (PS) aux municipales de 2014, présentée lundi, s'appelle Oser Paris. Dotée d'un conseil d'administration composé d'élus, mais aussi de membres de la société civile tels que l'avocate Caroline Mécary ou l'urgentiste Patrick Pelloux, elle se propose d'élaborer le programme de la candidate.

Ouvert à tous les Franciliens
« L'idée est de créer une démocratie multicitoyenne sur le modèle des jeux vidéo massivement multijoueur, sourit Jean-Louis Missika, président de l'association et adjoint (PS) au maire chargé de l'innovation, de la recherche et des universités. C'est pourquoi le débat sera ouvert sur le Web, afin que ceux qui n'ont pas le temps, comme les jeunes parents, puissent participer. » Car tous les Parisiens et même les Franciliens « usagers de Paris » sont invités à faire jouer leur imagination pour élaborer des propositions qui pourront ensuite être intégrées au programme de la candidate. Pour cela, il suffit d'adhérer en ligne* à Oser Paris. Jusqu'à décembre, les membres pourront participer à des ateliers thématiques en ligne – sur la propreté, le logement, la santé… – et soumettre leurs idées. Il leur sera demandé de préciser comment les mettre en œuvre et d'estimer leur coût. Entre décembre et février, les propositions finales seront déterminées lors de séminaires. Celles-ci seront ensuite mises en ligne et feront l'objet d'une concertation avec les Parisiens.

Candidature

Anne Hidalgo a annoncé très tôt sa candidature aux municipales de 2014, le 4 septembre dernier. « C'est un temps jugé long mais nécessaire pour que les Parisiens se sentent à l'aise dans l'élaboration du projet », a-t-elle expliqué lundi. Elle a également rappelé que si d'autres personnes souhaitaient se présenter au sein du Parti socialiste, elle était favorable à la tenue de primaires à gauche.

Mots-clés :

  • Aucun mot-clé