Les dix salles envisagées pour le multiplexe, qui devrait être exploité par Pathé, pourraient, malgré tout, voir le jour.
Les dix salles envisagées pour le multiplexe, qui devrait être exploité par Pathé, pourraient, malgré tout, voir le jour.

Thibaud Roques

A Cannes, la « Bastide rouge » sera-t-elle enterrée avant même d'avoir vu le jour ? « Je le confirme. Il nous a été notifié que le projet n'irait pas plus loin. » Stéphane Porcels, le directeur régional de la Compagnie de Phalsbourd, est amer. Pour cet aménageur, désigné depuis 2006 pour bâtir à la Bocca la « technopôle de l'image » cher à Bernard Brochand et à sa majorité, la pilule a du mal à passer. « Nous sommes dépités. C'est un projet auquel on croyait. On y travaillait depuis six ans et on y a investi plus de 2 millions d'euros. C'est un immense gâchis et ce n'est surtout pas très fairplay », juge le professionnel. Retardé par des recours administratifs, le dossier était devenu plus compliqué à financer.

Pépinière d'entreprises
« Il fallait 90 millions d'euros, nous avions réussi à lever 70 millions. On avait une problématique sur le budget de l'immeuble de bureaux [l'ensemble, de 41 000 m2, devait comprendre aussi des salles de cinéma, le bowling de La Bocca, des commerces mais aussi un parc et un parking]. Les banques ne nous suivaient pas tant qu'il n'était pas commercialisé. Nous avons proposé à la ville de commencer tous les autres chantiers, en attendant. Elle n'a pas accepté », déplore Stéphane Porcels.
Des déclarations que l'hôtel de ville n'a pas souhaité commenter. Mais, selon nos informations, il ne serait pas question de tout abandonner. Le potentiel exploitant du multiplexe (Pathé) aurait déjà été directement approché pour qu'il érige lui-même les dix salles de cinéma prévues sur un terrain qui lui serait cédé.
L'aspect « technopôle » du projet ne devrait pas être totalement écarté, puisque la mairie envisagerait aussi de poursuivre son projet de pépinière d'entreprises et même d'accueillir sur ces anciens terrains du club municipal de tennis les bâtiments de son futur pôle universitaire.