Festen... la suite (en bas) s'invite à Paris, Edouard Baer, à Nice.
Festen... la suite (en bas) s'invite à Paris, Edouard Baer, à Nice.

Aurélie Selvi

Le Théâtre national de Nice (TNN) ne connait pas la crise. Après une année d'affluence record (165 000 spectateurs), l'antre feutré de la dramaturgie a levé le rideau ce mardi sur une saison 2012-2013 très riche. Au menu : 62 spectacles, 320 représentations, sélectionnés par Daniel Benoin, maître des lieux depuis 10 ans. Tour d'horizon.

Du « fait-maison ». C'est la signature de ce premier théâtre de province : au TNN, la moitié du budget est allouée aux créations. Parmi les 12 au programme cette saison, Double assassinat dans la rue Morgue de Paulo Correia, mettra la nouvelle de Poe à la sauce Sherlock Holmes. Tandis que Daniel Benoin et Clovis Cornillac, de retour au théâtre, s'accorderont dans La contrebasse de Süskind, en 2013. Dès septembre, le directeur du TNN créera aussi l'événement à Paris avec Festen... la suite, second volet de sa pièce à succès de 2002, qui pourrait être diffusée sur Arte.

Du beau monde. Edouard Baer, François Morel, Charles Berling et Zabou Breitman, entre autres, passeront à Nice.
Des talents d'ici. Le TNN soutient cette année trois compagnies locales dans des co-productions.
A ne pas manquer notamment : Dissonances Freud, drôle d'entretien radiophonique par la compagnie Le Groupe qui s'était faite remarquer en disséquant Mozart de la même manière en 2008.

Bientôt un petit frère antibois

Attention événement ! En avril 2013, le nouveau Théâtre antibois frappera les trois coups pour la première fois. A la programmation, Daniel Benoin a prévu des « passerelles » avec sa saison niçoise. Avec du théâtre (Les jeux de l'amour et du hasard...) mais aussi de la musique (Pink Martini), de l'humour (Demaison) et de la danse (Panorama, de Decouflé...). Des spectacles accessibles aux abonnés du TNN.