Eric Ciotti et Christian Estrosi sont contraints à un 2nd tour dans la 1re et la 5e.
Eric Ciotti et Christian Estrosi sont contraints à un 2nd tour dans la 1re et la 5e. - A. SELVI / ARCHIVES ANP / 20 MINUTES

A. SELVI ET J. C. Magnenet

Toujours en tête, mais moins forte. A l'issue du 1er tour des élections législatives, l'UMP a récolté 39,13% des suffrages dans les Alpes-Maritimes, et a ainsi vu son score reculer de 12 points par rapport au 1er tour du même scrutin, cinq ans plus tôt. A cette époque, le parti, boosté par la présidentielle victorieuse, voyait sept de ses neuf députés élus au 1er tour... contre deux ce dimanche (lire ci-contre). Les candidats UMP devraient malgré tout réussir leur rattrapage : les triangulaires avec le FN, sources d'angoisse pour plusieurs d'entre eux, n'auront pas lieu.
Si l'absence de l'extrême droite dans un combat à trois ne fait pas les affaires du PS azuréen, qui aurait ainsi pu espérer tirer son épingle du jeu, les socialistes augmentent en revanche la mise dans plusieurs territoires. A l'instar de Patrick Allemand, leader azuréen du parti, qui se qualifie pour le 2nd tour face à Eric Ciotti (UMP) dans la 1re circonscription avec 28,68%. « Notre score azuréen le plus fort depuis les années 80 », dixit le PS. Dans la 5e circonscription, ces bons résultats de la gauche contraignent même Christian Estrosi à jouer un 2nd tour face au socialiste Paul Cuturello -il perd 16 points par rapport à 2007, tandis que le PS en gagne 10. « Dimanche, le grand chelem est certain pour l'UMP alors que d'autres départements sont en difficulté », relativise le maire de Nice.