Avec 17 prétendants, la 3e circonscription détient le record départemental de candidatures.
Avec 17 prétendants, la 3e circonscription détient le record départemental de candidatures. - J. C. MAGNENET / ANP / 20 MINUTES

J. C. Magnenet et A. Selvi

C'est la plus convoitée. La 3e circonscription des Alpes-Maritimes détient le record de candidatures (lire ci-dessous). Dans ce territoire, qui court de Falicon à Cimiez jusqu'à La Trinité, seize prétendants rêvent d'en détrôner un : le sortant Rudy Salles (Nouveau Centre) installé dans son fauteuil de député depuis 24 ans... et une fois de plus candidat à sa réélection. « Il est grand temps que ça change ! » lance la candidate socialiste Christine Dorejo, bien décidée à capitaliser sur l'effet présidentielle. Au 1er tour, c'est dans cette circonscription que François Hollande avait recueilli son meilleur score azuréen (22,3 %) tandis que Nicolas Sarkozy y signait sa plus faible performance (32,68 %). Si le PS veut croire en ses chances, il devra cependant composer avec la candidature Front de gauche de Roseline Grac... Mais aussi avec Jean-Christophe Picard, qui veut apporter « une plus-value à la majorité Hollande ». Ce radical de gauche et les socialistes locaux se coaccusent d'avoir violé l'accord électoral qui les liait...

« Vote utile »
A droite non plus, l'horizon n'est pas dégagé pour Rudy Salles, soutenu par la machine UMP. A commencer par le nuage FN, fort de ses 24,51 % recueillis le 22 avril dernier. Pour Gaël Nofri, candidat du Rassemblement bleu Marine, il n'y a pas l'ombre d'un doute : « Triangulaire ou non, je serai au 2nd tour. La qualification du PS dépendra, elle, de la participation », pronostique-t-il. Plus inattendu, c'est aussi avec Marouane Bouloudhnine, ex-camarade de banc au conseil municipal et à Nice Côte d'Azur, que le sortant croisera le fer. Le chirurgien déçu de l'UMP – il a rendu sa carte il y a un an – vient « dénoncer le trop dépensier système Salles-Estrosi et plaider pour la moralisation de la vie publique » avec le MoDem. Un « tour de chauffe » en vue des prochaines municipales. « C'est un épiphénomène », balaie le sortant, qui s'estime « seul en mesure de l'emporter »... et appelle « au vote utile dès le 1er tour ».Lire aussi p. 4 et 6