À Nice, les mariés sontpriés de baisser le son

1 contribution
Publié le 4 juin 2012.

Société La charte des mariages, prise par le maire de Nice, est entrée en vigueur vendredi dernier

«Vive les mariés ! » Autour de Laurine et Nahga, sourires et applaudissements. Samedi dernier, sur le perron de l'Hôtel de ville de Nice, la fête était belle lors de ce mariage franco-tunisien. Une scène ordinaire en pleine « saison des mariages », ou presque. Dans la capitale azuréenne, les cérémonies sont désormais strictement encadrées. Entré en vigueur vendredi dernier, un arrêté, pris par le maire (UMP) Christian Estrosi, interdit entre autres « cris, orchestre, déploiement de drapeaux notamment étrangers » dans la cour de la mairie. Un texte « aberrant » pour Mehdi, le cousin du marié : « Chacun doit pouvoir exprimer sa joie comme il l'entend. Nous, ce matin, on a klaxonné. » Alain, témoin de la mariée, n'est pas du même avis. « Cette mesure, je suis pour. La mairie n'est pas l'endroit pour sortir les drapeaux et commettre des excès », glisse-t-il.

« Etouffez votre joie ! »
Parmi la quinzaine de mariages célébrés ce matin-là, ce n'est pas celui de Laurine et Nahga qui a attiré le plus l'attention. A quelques mètres de là, une tout autre cérémonie se prépare. Même robe blanche, même solennité… A un détail près : les noceurs sont bâillonnés et brandissent des pancartes remplaçant les applaudissements et la parole. Ce mariage, qui se veut être une « application concrète de l'arrêté », est fictif. Le faux maire annonce : « Nous répétons un mariage pour le jour J : des cris de bonheur et les mariés passeront leur nuit de noce au poste ! » Lecture du Code civil et échange des consentements dans le silence. « Etouffez votre joie ! », lâche l'édile fictif en conclusion. Mariés et invités s'exécutent en agitant leurs pancartes, sans bruit. Un happening pas vraiment du goût de Christian Estrosi, qui n'a pas tardé à dénoncer une « opération politicienne du Parti socialiste », évoquant une « parodie qui […] bafoue l'institution du mariage ». Les organisateurs, eux, se revendiquent comme « des citoyens jeunes et concernés », en dehors de tout parti. « Parce qu'un mariage silencieux ne peut être le plus beau jour d'une vie », conclut Jean-François, faux marié du jour.

Mathilde Frenois
Newsletter
BREAKING NEWS

Recevez nos alertes
info en temps réel

publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr