• Formé à Carros (Alpes-Maritimes), le chef pâtissier Matthieu Simon est désormais la coqueluche des gourmands new-yorkais.
  • Son île flottante revisitée est « l’un des dix plats » à déguster à New York, selon le New York Times.

Les critiques du New York Times en sont restés baba. Tombés sous le charme, en un éclair, de « l’île flottante » de Matthieu Simon. Ce Niçois, expatrié dans la grosse pomme depuis deux ans et demi, a eu les honneurs du grand quotidien américain.

Sa version US de l’un des grands classiques de la gastronomie française a été désignée comme « l’un des dix meilleurs plats » à déguster à New York. C’était fin 2016.

Recette rédaptée aux habitudes américaines

Et depuis, le petit frenchie, chef pâtissier du restaurant Coq Rico (une « brasserie chic » à proximité de l’iconique Flatiron building), enchaîne les encarts dans les magazines.

« Ça a été une vraie surprise qu’ils craquent sur une recette qui peut nous paraître, à nous Français, assez simple, explique celui qui a été formé au CFA de Carros. Je l’ai juste réadaptée aux habitudes américaines, avec une crème anglaise plus riche et plus épaisse et une portion généreuse ».

Les hits de la pâtisserie française

La recette du succès. Peut-être car Matthieu Simon a toujours su s’adapter. Entre son enfance à Péone, dans l’arrière-pays niçois, et le tumulte de « la ville qui ne dort jamais », le pâtissier est aussi passé par Monaco, Londres, Vienne ou encore la Corse.

Au Coq Rico, ouvert par le chef strasbourgeois Antoine Westermann (qu’il suit depuis sept ans), Matthieu Simon a eu carte blanche pour revisiter les hits de la pâtisserie tricolore. « Nous proposons aussi le vacherin et les profiteroles, explique-t-il. Et aussi un millefeuille à partager. » Géant, XXL, à l’image de New York.