Ils se recueillaient depuis des mois devant une urne funéraire complètement vide. Une famille niçoise a découvert près d’un après les obsèques de Jeanne Lavittola, décédée à 84 ans, que les cendres de la défunte avaient été « oubliées » par l’entreprise de pompes funèbres, raconte Nice-Matin.

C’est lors d’une visite d’une nièce au cimetière de Caucade, à la Toussaint, que l’affaire a pu être révélée. Ne parvenant pas à retrouver le caveau familial, sur lequel était scellée l’urne, cette parente va trouver le gardien. Et là, le couperet tombe : d’après les registres, les cendres de Jeanne Lavittola auraient été dispersées en mer.

« L’employé n’est jamais venu les chercher »

Un choc pour toute la famille qui découvre alors que la boîte ne contient absolument rien. Le soulagement (et la colère) viendra en fait du crématorium de Nice. Les restes de la mamie niçoise ne sont pas partis en Méditerranée mais sont stockés là-bas.

« On nous a assuré que l’employé de la société de pompes funèbres n’était tout simplement jamais venu les chercher », a raconté au quotidien Joëlle Lavittola, 58 ans, la fille de la défunte. Les cendres ont finalement été inhumées mercredi au cimetière de Caudade. « C’est comme si elle mourait une seconde fois », a aussi témoigné son fils.

La famille a saisi une avocate

Depuis les faits, l’entreprise de pompes funèbres a été rachetée par le groupe OGF. « Ce type de comportement, même s’il relève de l’ancienne société, ne peut rester sans suite de la part de l’entreprise. Depuis que nous avons été alertés par la famille, un de mes collaborateurs les a rencontrés et je le ferai personnellement », a expliqué un responsable.

Mais la famille, ébranlée, ne compte pas en rester là. Une avocate a été saisie.