Attentat de Nice: La policière accusée de diffamation par Cazeneuve relaxée

JUSTICE La policière avait affirmé avoir subi des « pressions » de la part du ministère de l’Intérieur pour modifier son rapport sur le dispositif policier du 14 juillet 2016...

20 Minutes avec AFP

— 

Sandra Bertin, la policière municipale pilotant la vidéosurveillance à Nice

Sandra Bertin, la policière municipale pilotant la vidéosurveillance à Nice — VALERY HACHE / AFP

Sandra Bertin, policière municipale niçoise accusée de diffamation par l’ancien ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve après l’attentat du 14 juillet 2016 sur la promenade des Anglais, a été relaxée jeudi par le tribunal correctionnel de Paris, au bénéfice de la bonne foi.

La policière avait affirmé avoir subi des « pressions » de la part du ministère de l’Intérieur pour modifier son rapport sur le dispositif policier en vigueur le soir de l’attentat. En réalité, elle a « pu en toute bonne foi », « fatigue physique et nerveuse » aidant, « interpréter de manière erronée la demande » d’une commissaire à la Direction centrale de la sécurité publique, selon le tribunal.