Vallée de la Roya: Collomb critique les associations d'aide aux migrants

MIGRANTS Le ministre de l’intérieur Gérard Collomb a vivement critiqué les associations d’aide aux migrants de la vallée de la Roya…

A.M. avec AFP

— 

Gerard Collomb, le ministre de l'Intérieur, lors des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, le 5 juillet 2017.

Gerard Collomb, le ministre de l'Intérieur, lors des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, le 5 juillet 2017. — AFP

Dans un courrier rendu public ce vendredi, le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb critique les associations d’aide aux migrants de la vallée de la Roya ( Alpes-Maritimes), à la frontière franco-italienne, qu’il accuse d'« occuper l’espace médiatique ».

« La structure de pré-accueil des demandeurs d’asile de Nice gérée par "Forum Réfugiés" a dû faire face ces dernières semaines à un afflux exceptionnel de migrants, guidés par différents collectifs de la vallée de la Roya animés par la volonté d’occuper l’espace public et médiatique », écrit le ministre, dans une lettre en date du 28 juillet au député LR Eric Ciotti, dévoilée par Nice-Matin.

>> A lire aussi : VIDEO. Des migrants débarquent au milieu d'une plage touristique en Espagne

Aucun centre de premier accueil

« Or dans 98 % des cas, les demandeurs [d’asile] ne se sont pas présentés au Guda [Guichet unique de demande d’asile], ce qui constitue un signe manifeste de détournement de la procédure d’asile », ajoute Gérard Collomb qui entend trouver des solutions pour « dissuader ce mouvement opportuniste ». La lettre du ministre de l’Intérieur est antérieure à la condamnation en appel cette semaine à quatre mois de prison avec sursis de Cédric Herrou, figure emblématique de l’association Roya Citoyenne.

Cédric Herrou a aidé près d’un millier de migrants à demander l’asile à Nice. Leurs noms ont été transmis à la gendarmerie et les demandeurs accompagnés à Nice. Ils s’y trouvent sans solution d’hébergement après deux mois d’attente, entre l’enregistrement et le rendez-vous au Guda évoqué par Gérard Collomb dans son courrier. Les Alpes-Maritimes ne disposent pas de centre de premier accueil. Les élus de droite LR s’y refusent, à l’inverse des élus socialistes.

>> A lire aussi : Immigration: Gérard Collomb veut distinguer les «réfugiés» des «migrants économiques»

200 demandes refusées

« Nous sommes certainement le département de France où le décalage entre le discours présidentiel généreux d’Emmanuel Macron et le traitement sur le terrain par les services de l’Etat est le plus grand », dit le responsable socialiste et macroniste Patrick Allemand qui a écrit au chef de l’Etat. Eric Ciotti a fait voter une motion anti-migrants à l’assemblée départementale. Son rival Christian Estrosi, maire LR de Nice, a fait de même à la tête de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Roya Citoyenne avait marqué un point en faisant condamner fin mars le préfet pour violation du droit d’asile après le renvoi expéditif d’une famille érythréenne. Malgré des points de vue opposés, associations et élus réclament tous la venue du ministre sur place, dénonçant l'« impuissance » de l’Etat (Eric Ciotti) ou sa « défaillance » (Roya Citoyenne). Le 24 juillet, Forum Réfugiés avait refusé d’enregistrer 200 demandeurs, la plupart soudanais. Cédric Herrou, qui comptait les accompagner à Marseille, avait été interpellé en gare de Cannes. Il a été mis en examen par le parquet de Grasse.