Côte d'Azur: Le moustique «tigre» se fait plus discret cette année

ENVIRONNEMENT Le petit nuisible, toujours chassé, semble moins présent sur le littoral...

Fabien Binacchi

— 

Une opération de démoustication sur des gîtes larvaires à Cannes

Une opération de démoustication sur des gîtes larvaires à Cannes — F. Binacchi / ANP / 20 Minutes

  • Des communes, comme Cannes, poursuivent leurs campagnes de démoustication en ciblant les gîtes larvaires.
  • Mais, à cause du manque de pluie notamment, le moustique tigre semble moins présent sur la Côte d’Azur cette année.

Ils s’attaquent aux vallons ombragés et aux bouches d’évacuation des eaux pluviales, pistolets en main. Depuis quelques jours à Cannes, des agents aux allures de ghostbusters traquent les moustiques tigres. Ou plutôt leurs larves.

« Il n’a pas beaucoup plu »

« Nous pulvérisons un produit biologique pour empêcher leur développement », explique Michaël Balviso, directeur de Provalp 3D, la société mandatée par la cité des festivals. Comme d’autres villes, Cannes va mener ses campagnes de démoustication jusqu’à l’automne pour faire reculer le nuisible. Ce satané Aedes albopictus qui serait pourtant moins présent cette année.

>> A lire aussi : Une entreprise crée une ceinture de protection anti-moustiques

« Nous ne constatons pas beaucoup de nuisances. Les moustiques sont en retard, confirme Bernard Cadiou, le responsable de l’agence de l’Entente interdépartementale de démoustication [EID] pour les Alpes-Maritimes et le Var. Il n’a pas beaucoup plu depuis le début de l’année et le stock d’œufs [qui ont besoin d’eaux stagnantes] est moins important. »

« Nous devrions quand même être moins gênés que l’an dernier »

Le spécialiste prévoit tout de même une montée en puissance des piqûres à partir de la semaine prochaine, avec l’arrivée des grosses chaleurs. « Mais, nous devrions quand même être moins gênés que l’an dernier », pronostique-t-il.

>> A lire aussi : « Que des cas de dengue et de chikungunya importés »

Sur le plan de la santé, « il n’y a pas d’inquiétude notable sur la santé car il n’y a pas d’épidémies importantes en ce moment dans le monde », note aussi Bernard Cadiou. Le « tigre » peut être vecteur de la dengue, du chikungunya et du virus Zika.