OGC Nice: Les Niçois, tous supporters de leur club ?

FOOTBALL Alors que le Gym joue le podium, le stade reste peu rempli... 

Mathilde Frénois

— 

Des supporters de l'OGC Nice. Illustration.

Des supporters de l'OGC Nice. Illustration. — B. Bebert - Sipa

  • Hormis les grands rendez-vous, l’Allianz Riviera est loin d’être plein.
  • Un constat qui peut s’expliquer par le nouveau stade et l’histoire de la ville.

C’est la saison des victoires pour l’OGC Nice. Assurés d’être sur le podium de Ligue 1, les Aiglons ont (presque) tout gagné sauf, peut-être, le cœur des Niçois. Lors du dernier match à domicile contre Nancy, 22.518 spectateurs se sont déplacés dans l’enceinte de l’ Allianz Riviera qui peut en accueillir 35.000.

« C’était bien beau de dire ‘‘Je suis Nice’’ après l’attentat avec des hashtags et des déclarations. Mais c’est que du pipeau car les gens ne soutiennent pas leur équipe », estimait Max, président de la Populaire Sud, qui a placardé la ville d’affiches appelant à se rendre au stade en février.

>> A lire aussi : OGC Nice: Les Ultras placardent la ville d'affiches appelant à se rendre au stade

L’histoire de la ville

« Vu les exploits du club, on aurait pu s’attendre à plus de ferveur », reconnaît l’ethnologue spécialiste du sport Christian Bromberger. Le chercheur pointe en premier lieu le nouveau stade. « Le public doit prendre le temps de s’adapter, dit-il. Tout est plus moderne, réglementé, avec une ambiance différente. » Pour réchauffer l’atmosphère à l’Allianz, l’OGC Nice organise des événements spéciaux, type Carnaval ou Pâques, afin d’attirer les fans.

>> A lire aussi : Football: Comment l'OGC Nice attire ses supporters jusqu'au stade

Mais plus que le stade, Christian Bromberger explique ce manque d’engouement par l’histoire de Nice. « L’image dominante de la commune est plutôt la promenade et le carnaval contrairement aux villes tournées vers la culture populaire ouvrière (Saint-Etienne, Lens) et celles où les banlieues sont intégrées (Marseille) », analyse-t-il.

Le choc contre le PSG, dimanche à 21 h, devrait permettre de remobiliser les troupes de supporters. La billetterie est déjà épuisée.