Présidentielle: Estrosi appelle à exclure les Républicains qui ne font pas barrage au FN

POLITIQUE L’autre ténor de la droite azuréenne, Eric Ciotti, est notamment visé…

F. B. et M. F.

— 

Christian Estrosi et Eric Ciotti, le 31 janvier 2015 à Nice.

Christian Estrosi et Eric Ciotti, le 31 janvier 2015 à Nice. — BEBERT BRUNO/SIPA

Le divorce est-il définitivement consommé entre Christian Estrosi et Eric Ciotti ? Le premier appelle ce mardi à exclure des Républicains « tous ceux qui ne feront pas le choix très clair de faire voter pour ne pas faire barrage à Marine Le Pen », ce qui est le cas du second.

Cette position très tranchée, le président de la région Paca l’explique dans une interview au Monde. « Il est important que nous soyons très clairs pendant la présidentielle pour que des retraits républicains puissent s’opérer » au moment des législatives, y explique Christian Estrosi.

Dimanche soir, l’ancien maire de Nice avait rapidement appelé « tous les citoyens à voter pour Emmanuel Macron ». Eric Ciotti, lui, ne donnait aucune consigne de vote, refusant « d’entrer dans des combinaisons partisanes ».

La guerre sourde qui gronde depuis plusieurs mois entre les deux ténors de la droite azuréenne s’amplifie encore avec cette nouvelle injonction de Christian Estrosi qui ne vise pas seulement le président du conseil départemental des Alpes-Maritimes.

>> A lire aussi : Nice: La guerre Estrosi-Ciotti peut-elle fragiliser la droite azuréenne?

Ciotti, Morano, Guaino…

Cette sortie pointe aussi toutes les personnalités du parti qui n’ont pas pris clairement parti pour Emmanuel Macron. C’est le cas de Nadine Morano ou d’Henri Guaino notamment. A l’inverse de François Baroin et de Jean-Pierre Raffarin qui ont appelé à voter pour le candidat d’En Marche ! au second tour de l’élection présidentielle.

>> A lire aussi : Présidentielle: Après l'élimination de Fillon, Estrosi et Ciotti s'opposent dans les Alpes-Maritimes

En tout cas, la guerre des chefs fait plus que jamais rage sur la Côte d’Azur. Entre Christian Estrosi et Eric Ciotti, la tension est à son paroxysme. Selon un cadre du parti, la droite des Alpes-Maritimes souffrirait de « ces deux courants qui s’opposent et qu’il faudra peut-être un jour, départager dans une élection interne, pour clarifier les choses. »