Sur sa chaîne Bio Logique, le Niçois Dimitri Garcia donne des cours sur Youtube
Sur sa chaîne Bio Logique, le Niçois Dimitri Garcia donne des cours sur Youtube - Capture d'écran Youtube

Cycle de Krebs, néoglucogenèse, bêta oxydation. Des mots barbares réservés aux livres de SVT ? Pas pour Dimitri Garcia. Ce professeur de biologie à l’université Nice Sophia Antipolis fait entrer (et buzzer) ces notions sur sa chaîne Youtube Bio Logique. Il sera présent lors du premier salon des Youtubeurs de Nice ce week-end, le Play Azur Festival.

« Après les cours, je passais beaucoup d’heures à faire réviser à mes étudiants des notions qu’ils étaient censés maîtriser pour les concours », raconte Dimitri Garcia qui forme les futurs enseignants de biologie. Pour éviter ces pertes de temps, le Niçois se met à enregistrer des remises à niveau devant sa webcam avec des animations.

« Un pic pendant les périodes d’examen »

Aujourd’hui, cela fait deux ans qu’il publie une leçon de biologie toutes les trois semaines : « Une vidéo d’une dizaine de minutes me prend jusqu’à 50 heures de travail, entre l’écriture des textes, le montage, la création de l’animation et la mise en ligne. »

Un engagement qui paye. Sa chaîne Bio Logique engrange 40 abonnés supplémentaires et 10.000 consultations chaque jour. « Il y a un pic pendant les périodes d’examen en décembre et juin, précise Dimitri Garcia. Étonnamment, ce ne sont pas mes propres étudiants niçois qui regardent le plus mais des internautes des pays francophones, du Canada, de Belgique et des étudiants en médecine. »

Plus de cinquante sujets en attente

Fort de ses 20.000 abonnés, Dimitri Garcia reçoit chaque jour des demandes pour traiter les problématiques des étudiants qui préfèrent réviser sur Youtube que sur les bancs de l’université ou derrière leurs cahiers. « J’ai une liste de cinquante sujets en attente », affirme-t-il.

Pour le moment, l’enseignant se consacre à la réalisation de trois vidéos sur les nouveaux contenus pédagogiques pour le compte de l’université de Nice. Une manière de sortir de sa classe… et de Youtube.

Mots-clés :