Côte d'Azur: Pour sa rentrée politique, Fillon file à la frontière franco-italienne

POLITIQUE Le candidat LR a envoyé un signal fort en matière de politique migratoire... 

Mathilde Frénois

— 

François Fillon s'est rendu mercredi à la frontière à Menton.

François Fillon s'est rendu mercredi à la frontière à Menton. — M. Frénois / ANP / 20 Minutes

François Fillon a décidé de relancer sa campagne par une journée marathon dans les Alpes-Maritimes. Dans ces quelques heures de présence dans le département, le candidat Les Républicains a fait un crochet par la frontière italienne. C’est depuis les postes de surveillance de la police et de la gendarmerie que François Fillon a voulu donner un signal fort en matière de politique migratoire.

Le vainqueur de la primaire LR a salué les forces de l’ordre et s’est entretenu à huis clos avec les membres de la PAF (police aux frontières), d’abord au pont Saint-Ludovic puis au poste frontière Saint-Louis.

Un quota migratoire

N’ayant pas répondu aux questions des journalistes à la frontière, François Fillon a choisi de réserver ses propos à sa première réunion publique de l’année, à l’Acropolis de Nice où il a parlé… immigration. « La France doit non seulement lutter contre l’immigration illégale mais elle doit aussi réduire son immigration légale au strict minimum », soutient-il à la tribune. François Fillon a pour projet de mettre en place « de vrais contrôles aux frontières » et des quotas quitte à « réviser la Constitution mais aussi faire bouger les lignes de l’interprétation de la Cour européenne des droits de l’Homme ».

>> A lire aussi : Quatre nouvelles interpellations sur la Côte d'Azur

Des propositions qui ne conviennent pas aux militants de la vallée de la Roya qui aident les migrants. Deux d’entre eux (dont Cédric Herrou, poursuivi pour aide à la circulation et au séjour) sont venus manifester à la frontière avec un petit panneau où est inscrit : « France, où est ton humanité » : « Fillon demande que le droit règne mais il bafoue les droits de l’enfant et de l’Homme dans ses propositions », estiment-ils sans pouvoir rencontrer François Fillon.