Cannes lancera son Festival international des séries (dans tous les cas) en 2018

ÉVÉNEMENT Le ministère de la Culture doit désigner une des cinq villes candidates, mais la cité des festivals n’attendrait pas son aval…

Fabien Binacchi

— 

Le festival pourrait avoir lieu pendant le MipCom

Le festival pourrait avoir lieu pendant le MipCom — AFP PHOTO / VALERY HACHE

Il aura lieu coûte que coûte. Après celui du cinéma, qui fêtera sa 70e édition en mai, Cannes lancera son Festival international des séries dès 2018. Le projet « légitime » de la commune se fera donc… avec ou sans l’aval du ministère de la Culture.

Avec Cannes, quatre autres villes (Bordeaux, Lille, Nice et Paris) sont candidates à la tenue d’un événement de ce genre voulu par le gouvernement. Mais « il est impossible que l’on s’en prive », explique ce mardi à 20 Minutes le maire LR de la commune, prêt donc à se priver des deniers de l’Etat, « même si nous préférerions le contraire ».

« Cet événement, nous l’avons imaginé et nous le portons depuis 2011. Il ne peut pas nous échapper. L’enjeu est de toute façon trop important », avance encore David Lisnard.

Sur le modèle du Festival de Cannes

Un rapport, commandé en 2015 par Fleur Pellerin, conseillait de réunir les festivals Série Séries, organisé à Fontainebleau, et Série Mania à Paris. Une idée qu’avait finalement validé dès avril 2016 l’actuelle ministre de la Culture, Audrey Azoulay, déclenchant l’ire de David Lisnard qui dénonçait un « copinage “a priori parisianiste” ».

Aujourd’hui, l’édile n’en démord pas : il organisera son festival des séries dès l’an prochain à Cannes sur le modèle de la grand-messe du cinéma. « Il se déroulera sur une semaine ou plus, à cheval sur les quatre jours du MipTV [11.000 participants] ou du MipCom [14.000 participants] », deux marchés qui réunissent chaque année sur la Croisette, en avril et en octobre, profesionnels et stars du petit écran.

« Nous avons déjà tous ces gens sur place. Et il serait de toute façon compliqué de les faire venir une troisième fois dans l’année en France », poursuit le maire.

>> A lire aussi : Le maire de Cannes en veut à la ministre de la Culture

Séances dans les cinémas et recontre avec le public

Avec les infrastructures de la Croisette (le palais et les hôtels), c’est la présence de ces deux événements, organisés par ReedMidem, un mastodonte du congrès, et l’aura du Festival de Cannes, qui rendrait le projet cannois « très solide » et en ferait « le plus légitime », selon David Lisnard.

En plus d’une partie « business », ce Festival international des séries de Cannes accueillerait une compétition officielle, « des séances dans tous les cinémas de la ville et des rencontres avec le public ». L’élu table ainsi sur « 50.000 spectateurs par an pour les trois premières années ».

La candidature lilloise en bonne place

Face à Cannes, et avec Paris, la candidature lilloise serait aujourd’hui aussi l’une des plus abouties pour obtenir les faveurs de l’Etat. La maire de la ville Martine Aubry (PS) et le président du conseil régional Xavier Bertrand (LR), pourtant adversaires politiques dans le Nord, sont allés ensemble présenter leur dossier à Paris.

Ils ont en plus réussi à emmener avec eux Marie Barraco, porteuse du festival Série Séries de Fontainebleau et très appréciée des professionnels du secteur.