Christian Estrosi lors d'un conseil municipal à Nice le 25 avril 2016.
Christian Estrosi lors d'un conseil municipal à Nice le 25 avril 2016. - BEBERT BRUNO/SIPA

Le président (LR) de la région Paca et de la métropole niçoise Christian Estrosi essuyait vendredi des critiques pour un voyage en Israël, durant lequel il a apporté son soutien au premier ministre Benjamin Netanyahou, après la résolution de l’ONU condamnant la politique de colonisation.

« Rien ne peut justifier le déplacement de Christian Estrosi en Israël aux frais de la métropole pour soutenir Netanyahou », a dénoncé sur Twitter le chef de file de l’opposition municipale à Nice, le socialiste Patrick Allemand. Des propos qualifiés de « mensonges éhontés » par l’intéressé, toujours via un tweet.

« Du clientélisme pur », dénonce Castaner

« À quel titre un président de métropole et des élus métropolitains vont-ils soutenir la politique étrangère d’un Etat condamné par l’ONU ? », a réagi le premier secrétaire du PS dans les Alpes-Maritimes, Xavier Garcia, interrogé par l’AFP.

Ce voyage et cette annonce constituent « du clientélisme pur. Non seulement le contribuable paie le déplacement, mais on apprend qu’il engage la région pour acheter une clientèle », celle des « amis d’Israël », a pour sa part dénoncé le chef de file des socialistes lors des dernières régionales, Christophe Castaner.

>> A lire aussi : Pour Netanyahou, la résolution de l'ONU sur les colonies est «biaisée et honteuse»

Don de 50.000 euros de la région

Lors de son voyage, Christian Estrosi a annoncé un don de 50.000 euros, de la part de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, pour un projet de reforestation du Fonds national juif (KKL), organisme paragouvernemental. Selon son site internet, le KKL est actif en Israël, à Jérusalem-Est annexé et sur le plateau du Golan annexé.

Précédente polémique

En mars, Christian Estrosi s’était déjà inscrit en faux par rapport aux positions diplomatiques de la France et de ses partenaires, en recevant le maire de Yalta, ville de la péninsule ukrainienne de Crimée annexée par la Russie.

Mots-clés :