Attentats du 13 novembre: Un couple accusé de s'être fait passer pour des victimes

JUSTICE Un homme et une femme d'Antibes avaient obtenu chacun 30.000 euros d'indemnisation. Ils sont jugés en comparution immédiate ce jeudi à Grasse... 

M.F. avec AFP

— 

Le palais de justice de Grasse.

Le palais de justice de Grasse. — F. Binacchi / ANP / 20 Minutes

Le 13 novembre 2015, ils affirmaient être présents au Stade de France. Finalement, tout n’était que mensonge. Un couple d’Antibois sera présenté ce jeudi après-midi devant le tribunal correctionnel de Grasse pour avoir prétendu avoir été victime des attentats de Paris.

Les deux concubins, une femme de 29 ans et un homme de 36 ans, placés en garde à vue au commissariat de Cannes, avaient chacun obtenu 30 000 euros du Fonds de garantie des victimes du terrorisme à la suite de ces allégations.

Des condamnations dans des affaires similaires

Selon le parquet de Grasse, la jeune femme a reconnu les faits en garde à vue, alors que son compagnon les conteste. Ils auront, lors de l’audience en comparution immédiate, la possibilité de demander un délai pour leur défense. C’est le procureur de la République de Grasse, Georges Gutierrez, qui représentera en personne le ministère public à l’audience.

Le 21 novembre, le tribunal correctionnel de Versailles avait condamné à un an de prison ferme une jeune femme de 24 ans qui avait prétendu avoir été blessée par une explosion au bar Le Carillon le soir du 13 novembre, alors que les terroristes n’avaient pas choisi ce mode d’agression dans ce lieu.

>> A lire aussi : Condamnée à un an de prison ferme, une fausse victime confondue par ses incohérences

Le 13 juillet 2016, une autre jeune femme de 31 ans avait été condamnée par le tribunal correctionnel de Bobigny à six mois d’emprisonnement avec sursis pour avoir prétendu avoir été présente au Bataclan le soir du 13 novembre et réclamé 10 000 euros au fonds de garantie comme réparation.