Avec la start-up azuréenne My Keeper, la sécurité est confiée à une communauté d’utilisateurs.
Avec la start-up azuréenne My Keeper, la sécurité est confiée à une communauté d’utilisateurs. - M. Frénois / ANP / 20 Minutes

Ce garde du corps là suit son petit protégé à la trace. Il s’invite directement dans sa poche, sur le passant de sa ceinture ou accroché à son téléphone. A peine plus grand qu’une pièce de 2 euros, ce gardien prend la forme d’un porte-clefs connecté. Lancé la semaine dernière par la start-up azuréenne My Keeper, il permet d’alerter en cas de danger.

Et pas question de remettre sa sécurité entre les mains d’une société privée. Une fois l’application (gratuite) installée sur son smartphone et le porte-clés acheté (49 €), ce sont les proches qui travaillent. « Notre innovation fonctionne grâce à une communauté d’entraide, explique le fondateur de My Keeper, Nicolas Demarchez. L’objectif est de créer un cercle de gardiens avec la famille et les amis. »

Géolocalisation

Le porte-clés dans la poche, l’utilisateur peut actionner un bouton en cas de danger. Ses proches sont alors alertés sur leur téléphone grâce à la fonction de géolocalisation.

Bénéficiant d’une campagne de crowdfunding, Nicolas a déjà vendu 400 porte-clés. Il voit plus loin : « On prépare une application pour partager son chemin sur le retour des soirées, sécuriser son footing ou encore tracer l’itinéraire le plus sûr », promet-il.

Mots-clés :