Illustration du futur magasin Ikea de la Plaine du Var
Illustration du futur magasin Ikea de la Plaine du Var - Wilmotte & Associés SA / Inter IKEA Systems B.V. 2015

A leur propre conférence de presse, les responsables d’En toute franchise débarquent avec 45 minutes de retard. « Ils sont dans les embouteillages, prévient André Rebelli, représentant local du collectif. Le jour où Ikea sera ouvert, ce sera pire. » Le ton est donné. Ce mardi, l’association qui lutte contre l’implantation du magasin de meubles annonce qu’elle vient de déposer un recours devant la cour administrative d’appel de Marseille. Objectif : faire annuler l’arrêté du maire de Nice autorisant le permis de construire d’Ikea, son ouverture étant prévue pour 2018 dans la plaine du Var.

>> A lire aussi : EN IMAGES. Commerce: Ikea à Nice, c’est pour quand ?

« Les droits des commerçants sont bafoués », affirme Martine Donnette, présidente d’En toute franchise. Selon elle, en plus des problèmes de transport et d’environnement, la venue d’Ikea nuirait à l’activité des boutiques du centre-ville, où 600 commerçants auraient déjà baissé le rideau. « On peut faire un recours car le permis de construire d’Ikea n’était pas complet lorsqu’il a été déposé », dit-elle.

« La création de 400 emplois directs. »

« Ce projet contribuera à favoriser le rayonnement économique du territoire et freiner l’évasion commerciale grâce au renforcement et à la diversification de l’offre actuelle, répond la métropole Nice Côte d’Azur. L’investissement lié à ce projet monte à environ 150 millions d’euros avec la création de 400 emplois directs. »

Des arguments qui touchent la fédération du commerce niçois et azuréen. « Je préfère voir la locomotive Ikea dans mon département, explique son président Philippe Desjardins. Avec un dialogue, on trouvera des compromis en termes de communication collective par exemple. » Des compromis qu’En toute franchise ne voit pas ailleurs qu’en justice.

>> A lire aussi : L'implantation d'Ikea fait (aussi) grincer des dents

 

Mots-clés :