Chute mortelle dans un club libertin de Cannes : Le portier mis en examen pour «homicide volontaire»

JUSTICE Cet employé non déclaré sera déféré devant un juge d'instruction ce lundi après-midi...

Fabien Binacchi

— 

L'accès au club L'Anonyme se fait par l'entrée d'un parking souterrain

L'accès au club L'Anonyme se fait par l'entrée d'un parking souterrain — F. Binacchi / ANP / 20 Minutes

Le portier d’un club échangiste de Cannes, soupçonné d’être responsable de la mort d’un des clients de l’établissement, va être mis en examen pour « homicide volontaire » et déféré ce lundi après-midi devant un juge d’instruction, a annoncé à 20 Minutes le parquet de Grasse.

>> A lire aussi : Refoulé d’un club libertin de Cannes, il fait une chute mortelle

Le drame s’est noué dans la nuit de samedi à dimanche devant L’Anonyme, une discothèque privée libertine située sur le boulevard Carnot, dans le centre de la cité des festivals. Un Américain de 63 ans, client de l’hôtel adjacent, s’est présenté à la porte de l’établissement d’où il a été vraisemblablement repoussé par le physionomiste, provoquant sa chute mortelle.

« Il n’y avait aucune agressivité de la part du client »

Deux témoins directs de la scène indiquent « qu’il n’y avait pourtant pas eu d’altercation, aucune agressivité de la part du client », détaille le procureur adjoint Alain Guimbard. Mais que, « d’un coup, le portier a poussé la victime très violemment, la faisant basculer et tomber dans le vide de la cage d’escalier », précise-t-il encore. L’Américain a atterri 15 m plus bas. Il est décédé une heure plus tard à l’hôpital de Cannes.

Employé non déclaré du club, où il travaillait « régulièrement », le physionomiste a nié les faits pendant sa garde à vue, malgré les témoignages et les bandes-vidéo saisies. Cet homme de 42 ans sans antécédent va donc être mis en examen pour « homicide volontaire » et déféré devant un juge d’instruction.

Le gérant de l’établissement, âgé de 82 ans, avait également été placé en garde à vue dans le cadre de l’enquête. Il serait rentré chez lui sans attendre l’arrivée des secours et pourrait être poursuivi pour « non-assistance à personne en danger ».

Mots-clés :