Nice: Ils installent des potagers dans la ville

INSOLITE Des jardins urbains naissent sur les terrasses et les toits... 

Mathilde Frénois

— 

Dans la cour de Florence, ce « Potageur » plantera des courgettes cet été.

Dans la cour de Florence, ce « Potageur » plantera des courgettes cet été. — M. Frénois / ANP / 20 Minutes

Dans le centre-ville de Nice, à côté de son balcon, Florence dispose d’un petit carré en friche. « Mais cet été, je cuisinerai une ratatouille avec des légumes qui ont poussé sous ma fenêtre », se prend-elle à rêver.

Si l’Azuréenne est si optimiste face à sa cour de 25 m² à l’abandon, c’est qu’elle l’a confiée aux Potageurs. Ce groupe de Niçois a créé la première entreprise de la Côte d’Azur qui convertit les cours intérieures, terrasses et toits en jardins.

« Nourrir la ville par la ville »

« Nous installons nos plants de légumes où l’espace est disponible en recréant un écosystème », expliquent Nathalie Orvoen et Romain Venzal, les fondateurs de la société qui installe, chez Florence, son premier jardin urbain.

@work sur notre chantier dans le centre de Nice. Sous l'oeil de notre cliente. La trouverez-vous sur les photos ?

Posté par Les Potageurs sur mercredi 30 mars 2016

« L’objectif est de nourrir la ville par la ville grâce aux espaces inutilisés, argumentent-ils. Mais la végétalisation permet aussi la rétention pluviale ou l’amélioration de la qualité de l’air ».

Des légumes pour cet été

Pour son jardin urbain de 25 m², la Niçoise a déboursé 3.500 euros. « Pour les toits, les prix sont plus élevés, notent les Potageurs niçois. Des études de portabilité et d’étanchéité doivent être réalisées. »

Chez Florence, le potager commence doucement à remplacer la friche. « On plantera fin avril pour avoir des légumes jusqu’à cet été », espère Romain en se tournant vers la fenêtre de la cuisine, avant de poursuivre : « Et ils seront mijotés juste derrière ces carreaux ». Du circuit court, très court.

Mots-clés :