Le département des Alpes-Maritimes augmente son budget de lutte contre le frelon asiatique de 50%.
Le département des Alpes-Maritimes augmente son budget de lutte contre le frelon asiatique de 50%. - M. Frénois / ANP / 20 Minutes

Il est le plus petit des frelons. Mais c’est aussi celui qui cause le plus de dégâts. Pour lutter contre cet insecte qui ne mesure pas plus de trois centimètres, le département sort les grands moyens. En 2015, 100.000 euros ont été consacrés à l’éradication du frelon asiatique. Ce budget est augmenté de 50 % en 2016. Objectif : en venir à bout.

Les abeilles sont ses premières victimes

Le frelon asiatique est classé espèce dangereuse depuis fin 2012. Pas tant pour l’homme, mais pour la biodiversité. « Les frelons intimident les abeilles qui restent cloîtrées dans la ruche », explique Jean-Louis Lautard, président du syndicat des miels de Provence et des Alpes-du-Sud.

« En état de siège et sans ressources, les colonies s’affaiblissent. » Les frelons asiatiques font planer un risque de mort sur l’essaim. « On change nos méthodes de travail, regrette Alexandrine Brion. Cette éleveuse de reines dans la Vésubie est obligée de laisser ses ruches plus longtemps dans l’arrière-pays afin de les éloigner du frelon, les exposant ainsi au froid.

Les coléoptères, papillons et guêpes sauvages également touchées

Depuis un an, le département a mis en place un dispositif pour éradiquer ce prédateur. En 2015, 304 nids ont été détruits. L’objectif affiché pour 2016 est l’éradication de 600 d’entre eux.

« Le problème c’est que des nids, il y en a partout et tout le temps sur le littoral, déplore le président de la Chambre d’agriculture des Alpes Maritimes, Michel Dessus. Les apiculteurs sont fortement touchés. » Et ils ne sont pas les seuls : coléoptères, papillons et guêpes sauvages sont également menacés.

Un nid, que faire ?

Des frelons repérés sous un toit ou dans un arbre ? Le bon réflexe : frelon-asiatique@departement06.fr ou 04.97.18.73.55. Les pompiers ne sont à prévenir qu’en cas de danger sur les personnes.

Mots-clés :