Le produit de ces vignes nçoises a récolté une médaille d'argent au concours général agricole.
Le produit de ces vignes nçoises a récolté une médaille d'argent au concours général agricole. - Domaine Saint Jean

Aucun de ces trois producteurs niçois n’a pu se rendre au salon de l’agriculture. Pourtant, tous ont remporté une médaille au concours général. Avec un point commun : ils font de l’ agriculture biologique sur la Côte d’Azur.

>> A lire aussi : Fin du 53e Salon de l'Agriculture, marqué par la crise de l'élevage

De l’huile et des produits à base d’olives bio

« La culture biologique joue un rôle dans la qualité des produits », soutient Henri Derepas, qui a reçu quatre médailles pour sa pâte d’olive (or), son huile d’olive (argent), sa tapenade verte (argent) et sa pâte d’olive au basilic (argent). « Quand on respecte les sols, on respecte les équilibres. En conséquence, la plante s’alimente mieux et la qualité du produit peut s’en ressentir », affirme-t-il.

Henri Derepas et sa femme Ginou disposent de 5 hectares de cultures avec plus de mille oliviers. La famille est une habituée des podiums. Depuis 1996, ses produits ont reçu 115 médailles, tous concours confondus, pour le compte de leur exploitation, Champ Soleil.

Des vins de terroir

Il n’y a pas que l’oléiculture azuréenne qui est concernée par cette remise de prix. Les vins de Bellet, sur les hauteurs de Nice, ont aussi été décorés. C’est le cas de Jean Spizzo, propriétaire récoltant. Son vin blanc a reçu une médaille d’or. « En plus du bio, notre petit secret est le travail de la vigne, affirme le viticulteur. Elle grandit sur des terrasses argileuses et c’est peut-être ça qui fait que le vin s’est distingué. L’argile lui donne plus de matière et de structure. »

A quelques mètres de là, Jean-Patrick Pacioselli a également reçu une médaille. Son vin rouge 2014 est classé argent. Lui aussi est convaincu que le bio a fait la différence : « On n’a pas de bon vin si on n’a pas un bon produit, affirme-t-il. On est dépendant de la nature. Et cette année, la nature a été très conciliante ».

Mais il voit surtout les conséquences d’une telle consécration. « Nous sommes un petit domaine et la viticulture est un métier contraignant. Cette médaille, c’est un encouragement », explique-t-il, en n’omettant pas les retombées économiques positives de la popularité de la récompense. En 2016, pas plus de 5.000 bouteilles de ce vin sortiront de la cave de Jean-Patrick Pacioselli.

Douze agriculteurs primés dans les Alpes-Maritimes 

Dans ses rangées d’oliviers, Henri Derepas ne compte plus les médailles reçues. Plus de cent en vingt ans. « Arrivés à ce stade, on a la notoriété, expose-t-il. Participer au concours général permet uniquement d’avoir un avis extérieur à ce que l’on fait. Se faire juger, scruter et ausculter ne nous fait pas peur. »

Au total dans les Alpes-Maritimes, en plus de ces trois producteurs biologiques, neuf autres exploitations ont été primées au concours général agricole. Au total, ce sont 21 médailles qui ont été décernées à des Azuréens pour des vins, des produits de terroir, des miels et pour la première fois des desserts lactés.

Mots-clés :