Le parc d'Antibes possède actuellement quatre orques.
Le parc d'Antibes possède actuellement quatre orques. - Valery Hache AFP

Cible de critiques et toujours attaqué par des associations de défense des animaux, le parc marin d’Antibes se prépare à sa réouverture. Après plus de cinq mois de travaux, à la suite des intempéries d’octobre 2015 sur la Côte d’Azur, Marineland accueillera à nouveau le public dès le 21 mars avec un nouveau directeur général, Arnaud Palu, et des « orientations » redéfinies, présentées ce mercredi dans un communiqué.

>> A lire aussi : Cible de critiques, le parc va rouvrir avec «plus de pédagogie»

« Les équipes de Marineland ont élaboré des programmes inédits et instructifs basés sur le partage de leur passion, vante la direction du delphinarium. Des représentations uniques et émouvantes seront accompagnées par des musiques orchestrales et originales, composées spécialement pour le parc ».

« Valoriser Marineland dans le cœur des visiteurs et des azuréens »

« Des rencontres enrichissantes auprès de nos animateurs pédagogiques sont également prévues. Ces moments privilégiés permettront aux visiteurs de prendre conscience des différents enjeux du peuple marin au travers de visites guidées, nourrissages commentés, rencontres avec les animaux… », avance également l’encadrement de Marineland.

« On va mettre la pédagogie bien avant le show, annoncait il y a peu à 20 Minutes le responsable animalier du parc, Jon Kershaw. Jusque-là, les gens repartaient en disant “Waouh, c’était bien”. Le but, dorénavant, ça va être qu’ils se disent “Waouh, on a appris quelque chose”. »

Arnaud Palu, le nouveau directeur du parc, précédemment président-directeur général du complexe MAF Leisure & Entertainment à Dubai et ancien de Disneyland Paris, souhaite ainsi « valoriser Marineland dans le cœur des visiteurs et des Azuréens ».

>> A lire aussi : L'interview d'Arnaud Palu, le nouveau directeur de Marineland

Pour les anti-Marineland, c’est de l’« hypocrisie »

« C’est tout simplement de l’hypocrisie, peste Emmanuelle Sultani, la porte-parole du collectif Sans voix Paca. Ils espèrent comme ça pouvoir calmer les opposants au parc. Mais parmi tous les arguments que nous avons à leur opposer, ils nous proposent seulement de considérer un peu moins les animaux comme des clowns. »

>> A lire aussi : Les anti-captivité dans la rue, le parc pas prêt à renoncer

« Dans tous les cas, ça ne va rien changer à leur besoin physiologique de parcourir des kilomètres par jour. Et rien changer non plus au fait que les bassins ne sont pas assez profonds pour leur offrir des zones d’ombre et leur permettre de protéger leur peau », retient la militante.

>> A lire aussi : Des associations veulent une enquête après la mort d'une orque

Les associations vont demander à pouvoir rencontrer le nouveau directeur du parc. Elles n’ont franchement pas prévu de relâcher la pression. Une nouvelle manifestation est d’ores et déjà programmée devant Marineland, le 27 mars.

Mots-clés :