Un agent de la Police judiciaire française travaillant sur la plateforme Pharos de lutte contre la cybercriminalité, le 19 janvier 2015 à Nanterre, près de Paris
Un agent de la Police judiciaire française travaillant sur la plateforme Pharos de lutte contre la cybercriminalité, le 19 janvier 2015 à Nanterre, près de Paris - Patrick Kovarik AFP

Un jeune Mentonnais de 15 ans avait facilité le travail des policiers. Ce mercredi, le cyberpédophile aux antécédants de violeur qu’il avait piégé sur Internet a été condamné à quinze ans de réclusion par la cour d’assises des Alpes-Maritimes, rapporte Nice-Matin.

« Je voulais vraiment piéger ce mec »

En mai 2014, Yanis surfe sur les sites de rencontre avec une idée en tête : coincer un pédophile. Devant son clavier, l’adolescent se prend pour un agent de la police judiciaire. Il se crée un profil, ment sur son âge et engage la conversation avec un homme « qui voulait faire l’amour ». « Ça m’amusait et puis je voulais vraiment piéger ce mec. Lui donner la honte de sa vie », racontait-il en 2014 dans les colonnes de Nice-Matin.

Yanis appelle la police

Les propos pornographiques, les questions intimes, l’envoi de photos. Tout s’enchaîne très vite jusqu’à l’appel de l’homme sur le portable de Yanis : « Il voulait que l’on se voie. On a décidé de se retrouver à Menton. Avant de raccrocher, il m’a dit : "Dépêche-toi, le temps tourne". Et là il avait vraiment une voix bizarre. »

Arrivé au point de rendez-vous avec deux copains, Yanis appelle la police. L’homme âgé de 63 ans finira la nuit au commissariat. Et l'enquête allait révéler une affaire de viol sur un mineur. Ce mercredi, le sexagénaire a été condamné à quinze ans de prison ferme.

Mots-clés :