Paca: Ils manifestent pour le maintien des guichets dans les gares

TRANSPORTS Quelque 250 personnes se sont rassemblées mardi à Nice... 

Mathilde Frénois

— 

Employés de la SNCF et citoyens manifestaient contre la fermeture des guichets en gare.

Employés de la SNCF et citoyens manifestaient contre la fermeture des guichets en gare. — M. Frénois / ANP / 20 Minutes

Stéphanie est guichetière à la gare de Saint-Raphaël. Tous les jours, elle renseigne les passagers, vend des billets et indique les trains dans lesquels il faut embarquer. Mais, mardi matin, Stéphanie n’était pas derrière son comptoir. Avec 250 autres personnes, selon les organisateurs, elle manifestait contre la possible fermeture des guichets dans certaines gares des Alpes-Maritimes et du Var.

« Nous sommes en grève car la SNCF prévoit une suppression de 22 postes sur les lignes Les Arc-Vintimille, Cannes-Grasse et Nice-Tende, explique, sur le parvis de la gare de Nice, Sébastien Gronnier, délégué CGT cheminots. C’est autant d’emplois de guichetiers et de chefs de service qui n’existeront plus. » Selon les manifestants, des guichets seraient fermés définitivement au Cros-de-Cagnes, à Boulouris-sur-Mer et à La Trinité Victor.

« Rien n’est acté »

De son côté, le SNCF dément les réductions de postes : « Chaque année, la SNCF fait des propositions de réorganisation dans ses gares avec des propositions de différents scénarios. Mais aujourd’hui, rien n’est acté. Rien n’est décidé en termes de postes ou de gares », fait-elle savoir.

La possible disparition d’une présence humaine, Stéphanie ne veut pas en entendre parler. « On ne peut pas remplacer l’homme par la machine, estime-t-elle. Qui répondra aux questions des gens ? Pas l’automate, c’est certain. Le guichet est un service, mais aussi une sécurité dans les gares. » Sébastien Gronnier, lui, y voit « un rempart contre la fraude ».

Une concertation

Christian Estrosi, président LR de la région Paca, demande la mise en place d’un moratoire. « Parallèlement, il est logique de s’interroger sur les éventuelles adaptations d’un poste où l’agent vend cinq billets par jour », juge-t-il.