David Rachline à Fréjus, ville du sud de la France dont il est maire, le 28 septembre 2014
David Rachline à Fréjus, ville du sud de la France dont il est maire, le 28 septembre 2014 - Jean-Christophe Magnenet AFP

Elle est, depuis plusieurs mois, au cœur d’un conflit entre l’association qui la gère et la municipalité FN de la ville. La mosquée de Fréjus est finalement autorisée, « à titre provisoire », à ouvrir, par un arrêté en ce sens pris par le préfet de Var, dont l’annonce a été rendue publique ce vendredi.

C’est la suite logique de l’injonction du Conseil d’Etat, qui avait ordonné mardi le préfet de se substituer dans les 72 heures au sénateur-maire FN de Fréjus, David Rachline, pour autoriser l’ouverture provisoire de cette mosquée. Ce dernier en refuse l’ouverture au motif, notamment, qu’une autre procédure, sur le fond, devant le tribunal correctionnel de Draguignan, est en cours.

 

Dans ce second volet de l’affaire, le procureur de la République de Draguignan a requis, en novembre 2015, la démolition de la nouvelle mosquée, estimant que l’association musulmane El Fath n’était pas propriétaire de l’intégralité des terrains au moment de la construction du bâtiment. Le jugement du tribunal de Draguignan doit être rendu le 26 février.

A lire aussi : Les premiers pas du frontiste David Rachline sous haute surveillance

Mots-clés :