Des journalistes devant l'immeuble "Le Surcouf" de Mandelieu-la-Napoule après la découverte de colis suspects lors d'une perquisition dans le cadre de l'affaire du démantèlement de la cellule de Cannes-Torcy, le 17 février 2014
Des journalistes devant l'immeuble "Le Surcouf" de Mandelieu-la-Napoule après la découverte de colis suspects lors d'une perquisition dans le cadre de l'affaire du démantèlement de la cellule de Cannes-Torcy, le 17 février 2014 - Valery Hache AFP

Ils se retrouveront devant la justice. Vingt djihadistes présumés appartenant à la cellule dite de Cannes-Torcy ont été renvoyés devant la cour d’assises spéciale, a indiqué lundi une source judiciaire.

Ils seront notamment jugés pour l’attaque à la grenade, le 19 septembre 2012, d’une épicerie juive à Sarcelles, dans laquelle un client avait été blessé. Les investigations menées par la suite avaient permis de révéler l’existence d’autres projets d’attentats et des départs de djihadistes vers la Syrie.

Des chargeurs garnis et des explosifs retrouvés à Mandelieu-La-Napoule

Parmi les accusés, Jérémy Bailly, originaire de Torcy (Seine-et-Marne) et parmi les leaders du groupe, a raconté que du matériel explosif retrouvé dans un box devait être utilisé pour «fabriquer une bombe» qui aurait été «posée chez des militaires ou des sionistes».

>> A lire aussi : Trois projets d'attentats terroristes déjoués par les services secrets

Ibrahim Boudina et Abdelkader Tliba, deux autres hommes, interpellés début 2014 à leur retour de Syrie, sont également renvoyés en procès. Dans les parties communes d’un immeuble de Mandelieu-La-Napoule, près de Cannes (Alpes-Maritimes) où s’était installé le premier, les policiers avaient retrouvé deux chargeurs garnis et des explosifs.

Deux des accusés, soupçonnés d'être en Syrie, visés par un mandat d'arrêt

Parmi les vingt personnes renvoyées aux assises, dix sont en détention provisoire, sept sont sous contrôle judiciaire et trois sont visés par un mandat d’arrêt. Dont deux sont soupçonnés d’être en Syrie.

Un non-lieu a été ordonné pour deux des mis en examen, dont un jeune homme de 22 ans, ancien footballeur de l’AS Cannes, qui s’était converti à l’islam après une blessure.

Mots-clés :