Un loup dans le parc du Mercantour, le 13 novembre 2013
Un loup dans le parc du Mercantour, le 13 novembre 2013 - VALERY HACHE / AFP

Le nombre maximum de prélèvements de loups autorisés sera bientôt atteint. Dimanche, un nouveau « loup a été abattu sur le territoire de la commune de Bézaudun », au Nord-Ouest de Nice, dans les Alpes-Maritimes, indique ce lundi la préfecture du département.

Ce cas porte ainsi à 31 le nombre de bêtes tuées en France, depuis le 30 juin 2015 et l’instauration d’un nouveau quota de « prélèvements » courant sur la période 2015-2016. L’arrêté ministériel prévoit que « le nombre maximum de spécimens de loups (mâles ou femelles, jeunes ou adultes) dont la destruction est autorisée, en application de l’ensemble des dérogations qui pourront être accordées par les préfets, est fixé à 36 ».

>> A lire aussi : Abattre des loups, un « remède pire que le mal »

Les deux tiers tués dans le département des Alpes-Maritimes

C’est également le 12e Canis lupus abattu dans les Alpes-Maritimes depuis juillet 2015. Fin novembre, un mâle avait déjà été tué sur la commune de Saint-Etienne-de-Tinée. Un autre animal mâle de 28 kg avait été prélevé par un chasseur à Péone, la semaine d’avant.

Une bête avait également été neutralisée à Caussols, au-dessus de Grasse, début novembre, et encore trois sur le territoire d’Isola, fin octobre…

Pour « renforcer la protection des élevages », dixit le ministère de l’Écologie

« L’objectif est de renforcer la protection des élevages, qui continuent de subir des pertes importantes, et dans le même temps d’offrir les garanties suffisantes en matière de préservation de la population de loups qui a fortement augmenté ces dernières années », indique le ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie.

En France, la population actuelle de loups serait d’environ 300 animaux.

Mots-clés :