Dominique Bernard, le PDG, lundi.
Dominique Bernard, le PDG, lundi. - Minutes

Jean-Alexis Gallien-Lamarche

L'avenir est de plus en plus sombre pour le quotidien régional. Lundi, le tribunal de commerce de Nice a ouvert une procédure de redressement judiciaire pour le groupe Nice-Matin. Une nouvelle qui survient après de longs mois de tergiversations entre l'actionnaire Philippe Hersant et différents repreneurs. En grande difficulté financière, Nice-Matin qui emploie 1 250 salariés est au pied du mur.

Quelles conséquences ? Pour l'instant, le groupe Nice-Matin est en période d'observation. Une nouvelle rencontre entre le tribunal de commerce et Dominique Bernard, le PDG du groupe, doit se tenir le 23 juillet. « S'il n'y a pas eu de reprise d'ici là, le tribunal optera pour un plan de cession », résume Gérard Pitocchi, délégué syndical CGT. « Cette procédure s'est avérée préférable à la solution d'une avance de trésorerie de l'actionnaire », a commenté Dominique Bernard. Et si plan de cession il y a, alors « ça passe par un plan de sauvegarde de l'emploi qui risque d'être très dur pour les salariés avec des licenciements secs », souffle Gérard Pitocchi.

Dans quelle situation est le quotidien ? S'il a terminé l'année 2013 avec une perte d'exploitation de six millions d'euros, « Nice-Matin reste une bonne affaire », souligne un délégué SNJ. Le chiffre d'affaires du groupe dépasse les 95 millions d'euros. « On n'a plus du tout de trésorerie, c'est ça le gros problème », ajoute ce dernier.

Quels repreneurs ? Le seul repreneur en lice reste l'ex-politique Jean Icart, associé à un fonds d'investissements suisse GXP Capital. Mais les 20 millions d'euros promis depuis février se font encore attendre. Quatre autres repreneurs seraient aussi sur le coup : le groupe Rossel, un fonds d'investissement monégasque, l'industriel libanais Iskandar Safa ou encore l'homme d'affaires Bernard Tapie.

■ Icart pris au sérieux

L'actuel actionnaire, le groupe Groupe Hersant Média, croit encore à l'offre de reprise de Jean Icart. De sources proches du dossier, les 20 millions d'euros pourraient arriver finalement autour du 20 juin.