C'est la troisième et dernière phase du projet des Machines de l'île. Sans aucun doute la plus folle aussi. Son nom : l'Arbre aux hérons. Composée de 22 branches végétalisées (semblables à la branche prototype visible aux Nefs), cette énorme structure métallique mesurera 35 m de haut et 50 m de diamètre. « On pourra s'y promener et croiser des créatures animées, raconte François Delarozière, co-auteur des Machines. Il y aura des passerelles, des ascenseurs, un belvédère. Au sommet, deux hérons voleront avec des personnes à bord, à environ 45 m de haut. C'est un projet fabuleux, beau à regarder. C'est lui qui donnera une envergure internationale aux Machines de l'île. »

Trop cher à construire ?
Seul hic de taille, le projet n'a pas encore été voté politiquement. L'incertitude est liée au coût : au moins 30 millions d'euros. Le prix du Zénith ou de la Fabrique. « On verra ça à partir de 2014, c'est une tranche par mandat, explique Pierre Oréfice. Nous n'avons la décision, mais on fera tout pour que ça se fasse. Il y a une telle puissance créatrice dans cette aventure, ce serait dommage d'arrêter comme ça. Cela dépendra aussi du succès du Carrousel. Il faut que les Nantais s'emparent de l'idée et la soutiennent. »F. B.